QUESTION DE POINT DE VUE

QUESTION DE POINT DE VUE

8 décembre 2023
Catégorie(s) :

De toutes les motivations à refuser la réforme des retraites, la peur de la précarité en fin de carrière était la plus importante. Les salariés savaient très bien qu'à 55 ans s'ouvrait une période incertaine où, quelle que soit la qualification ou l'expérience, la possibilité de retrouver un job était très faible. C'est pourquoi le législateur autorise jusqu'ici pour les plus de 55 ans une durée d'indemnisation du chômage de 27 mois au lieu de 18 pour les autres salariés. Pourtant, avec une belle hypocrisie, Bruno Le Maire ne voit « aucune raison pour qu'ils aient une durée d'indemnisation plus longue ». « C ’est un scandale. Tout le monde sait que les seniors ont plus de difficultés à retrouver un travail. Le problème vient des entreprises », s'est indignée la CGT. Mais c’est tout le jeu de ce gouvernement : faire peser la responsabilité du chômage sur les chômeurs eux-mêmes, alors que, comme on pouvait s’y attendre, les demandes du ministre aux entreprises de faire des « efforts » lui ont valu quelques bras d'honneur.

Peu après son ministre de l’Économie, Élisabeth Borne a rallongé l'addition. Il s'agit, cette fois, de revenir sur les dispositions concernant la rupture conventionnelle. Cette mesure très insatisfaisante permet de partir en conservant le droit au chômage. « Un effet pervers », pour la Première ministre qui veut désormais la supprimer.

Les deux mesures ont un seul but : faire baisser le taux de chômage jusqu'aux 5% promis par Emmanuel Macron. L'objectif se révélant de plus en plus inatteignable, l'idée est de s'en prendre maintenant aux seniors. Plus nombreux à risquer la précarité du fait de l'allongement de l'âge de départ à la retraite, il faut donc moins bien les protéger pour en faire des travailleurs pauvres. Mme Borne dit « effet pervers » ? Le dico nous dit de la perversité : « Tendance maladive à accomplir des actes immoraux, agressifs ». Remplacez maladive par « systémique » et « l'effet pervers » n'est plus du tout celui, ni là où on nous dit.

 

Partager l'article :

Les dernières actus

LA CLINIQUE DE ROMILLY NE FERMERA PAS

Romilly-sur-Seine - droit à la santé Par Camille Lainé Après des mois d’attente et de mobilisation, le Tribunal de commerce de Troyes a validé l’offre de reprise de la clinique Pays de Seine. C’est donc...

PALESTINE : UN ÉTAT MAINTENANT

International La situation à Gaza ne cesse d’empirer, les bombardements continuent, la situation humanitaire est catastrophique, des milliers et milliers de palestiniens sont morts et des milliers d’autres sont déplacés. Un camp de réfugiés a...

UN AVENIR RADIEUX

Il est facile de prédire ce qui va arriver si, en Europe comme en France, les extrêmes droites viennent au pouvoir : l'Italie et la Hongrie sont au banc d'essai. En Italie, Meloni a remplacé...

LE VOTE DU 9 JUIN

La phrase de la semaine ! « L'héritage de mon parti en France, c'est Manouchian au Panthéon. Vous c'est Pétain à l'île d'Yeu ... » Léon Deffontaines le 27 mai face à Bardella sur BFM...
1 2 3 340

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2024 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram