USURE

USURE

19 août 2022
Catégorie(s) :

45% des dossiers de demande de crédit immobilier ( achat ou travaux ) ont été refusés par les banques parce que le taux d'usure est trop faible : le coût de l'assurance, les frais de dossier et le taux d'intérêt cumulés ne doivent pas dépasser depuis le 1er juillet 2,57% pour les prêts sur20 ans ou plus. Or la BCE a cessé de prêter à des taux négatifs et a relevé son taux directeur ; les banques n'ont donc plus le même profit. Le président de l'Afib - Association française des intermédiaires en bancassurance - a deux solutions : augmenter le taux d'usure pour résoudre ce problème, ou sortir le coût de l'assurance du calcul d'intérêt. Curieusement il n'envisage pas de baisser le coût de l'assurance...

Mais, autre curiosité, la moitié des refus de prêt immobilier à cause du taux d'usure concerne des 30-55ans, des actifs assez aisés. La banque cesse ainsi d'assurer son rôle social. Le 4 août 1993, une loi mettait un terme à la possibilité de financement de l'État par la Banque de France, privilège très utile qui permettait de financer les services publics : la voie d'un total désengagement social était ouverte. Les banques aujourd'hui délaissent en pleine période de crises des clients qui peuvent avoir un bon salaire mais n'ont pas assez de capital, au profit d'autres activités plus lucratives.

Marx, dans les Grundrisse, avait bien posé le problème du crédit, instrument de domination du capitalisme par excellence : « L'opposition entre le capitaliste et l'ouvrier, entre le grand et le petit capitaliste s'aggrave, puisque le crédit n'est accordé qu'à celui qui possède déjà, et qui est, pour le riche, une nouvelle occasion d'accumulation. [Celui] qui n'a point de crédit, [...] n'est pas seulement jugé comme pauvre, mais encore, moralement, comme quelqu'un qui ne mérite ni confiance ni estime et il est traité socialement comme un paria, comme quelqu'un de mauvais. Outre la privation, le pauvre subit une humiliation car il doit s'abaisser à mendier le crédit du riche. » Reste à savoir jusqu'où le capitalisme peut aller trop loin.

Partager l'article :

Les dernières actus

NOUVEAU COUP DE FORCE DE LA MACRONIE

Réforme des retraites - démocratie La réforme des retraites a connu un nouveau rebondissement mercredi 31 mai : la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale a retoqué la proposition de loi du groupe Libertés,...

MISÈRE DE LA PSYCHIATRIE EN FRANCE ET DANS L'AUBE

Département - santé Par Alain Buathier La tragédie de Reims est révélatrice, une fois de plus, de l'abandon par l'État de la psychiatrie en France. Comme les MCO (médecine chirurgie obstétrique) elle subit des restrictions...

LA CERVELLE AU-DESSUS DU BONNET

En 1992, La France a signé le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires. Au dernier sommet du G7 qui se tenait à Hiroshima, le Président s'est fait pourfendeur de la mort atomique, dont le...

PROFITEURS

Quand on feuillette les pages saumon du Figaro, celles consacrées notamment à l’actualité financière, on entre dans un univers très particulier. Ici, il n’est guère question de crise, d’inflation, de conflits, de dette, le tout...
1 2 3 225

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2023 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram