MAMAN CHÉRIE

MAMAN CHÉRIE

1 avril 2022
Catégorie(s) :

C’est le titre d’une pièce du Théâtre Populaire de Champagne (TPC) jouée à Saint-André ces jours derniers. Deux fois seulement, comme c’est souvent malheureusement le cas. Un boulot dingue pendant des mois et pas de débouchés autres que ces deux séances données au Théâtre Gérard Philipe. Une telle pièce qui explore les relations mère-fille, leur tendresse, leur ambiguïté, mériterait un plus large public. Un autre monde aussi sûrement. Mais changer les bases de notre société changerait peut-être aussi les rapports sociaux et alors, plus de problèmes familiaux ? Je n’y crois pas. Des problèmes entre une fille qui veut briser le carcan familial et une mère possessive, ça risque de durer jusqu’à la fin des temps. Et puis, les gens heureux n’ont pas d’histoire. Plus rien à raconter dit Marie-Hélène.

C’est pourtant ce qu’elle aime Marie Hélène Aïn, raconter des histoires, parfois sournoises, équivoques, propres à obliger le spectateur à réfléchir. N’est-ce pas ainsi la vie, les sentiments humains ? Déjà les nôtres, quelle obscurité ! Alors, le théâtre de l’humanité, il faut y circuler à tâtons. C’est ce qu’a fait, avec prudence donc, notre metteuse en scène qui a exploré des textes d’auteurs qu’elle a cousus ensemble pour donner à voir la complexité des rapports tumultueux entre une mère et une fille.

Furent ainsi décortiqués Joël Pommerat, (ouvrage collectif Cet enfant) qui rassemble des témoignages recueillis dans les locaux de la CAF, Denise Bonal (J’ai joué à la marelle, figure-toi) et Daniel Keene (Quelque part au milieu de la nuit).
Ce travail de découpage et d’assemblage n’est pas sans difficulté mais permet d’enrichir le sujet, même si le spectateur peut y rencontrer de l’insolite.

Mais nous sommes au spectacle. On a droit parfois à du décousu-main qui n’est ici qu’une belle leçon de théâtre.
Deux artistes accomplies, Chloée Deborde et Camille Cuisinier, nous ont enchantés par la justesse de leur jeu, leur façon habile d’occuper l’espace et même de chanter. Un choix ingénieux de chansons d’Anne Sylvestre Une sorcière comme les autres et d’Agnès Bihl. Elles furent aussi deux amies engagées dans des chemins artistiques et humanistes.

Partager l'article :

Les dernières actus

LA GAUCHE ACCROCHE L’ESPOIR AU PERCHOIR ?

Assemblée nationale À l’heure où nous écrivions ces lignes, nous ne connaissions pas l’issue du vote pour la présidence de l’Assemblée nationale, mais en s’entendant sur la candidature du communiste André Chassaigne au Perchoir, la...

LA DÉMOCRATIE MALADE

International - États-Unis La tentative d’assassinat contre l’ancien président des États-Unis le renforce dans son plan de reconquête de la magistrature suprême, au moment où les démocrates présentent un candidat affaibli et une stratégie anti-trumpiste...

« DÛT-IL Y PÉRIR »

Au Moyen-Âge, l'Église qui donnait le rythme du temps de travail, rendait obligatoire le repos dominical pour pouvoir (en fait, devoir) aller à la messe. Et s'y ajoutaient les fêtes religieuses. Et gare à ceux...
1 2 3 350

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2024 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram