ÉLECTRIFICATION ET HISTORIETTE

ÉLECTRIFICATION ET HISTORIETTE

28 janvier 2022
Catégorie(s) :

On se félicite de l’électrification de la ligne IV jusqu’à Nogent. Les élus de droite applaudissent en oubliant que l’énergie de Pierre Mathieu
du temps où il était aux commandes de la Région y est pour beaucoup. Cela dit, les déficiences restent immenses sur le réseau comme le
rapporte ici Pierre Crépel venu donner une conférence à Troyes mardi dernier :

« J'ai visité en long et en large la gare de Culmont-Chalindrey, car le contrôleur (voulant se montrer important) y a arrêté le train sous prétexte qu'il y avait deux voyageurs qui avaient un peu bu : il fallait absolument pour notre sécurité faire intervenir les forces de l'ordre ... qui ont mis une heure avant d'arriver. Les gendarmes ont fait alors sortir du train les deux dangereux terroristes bien pacifiques qui ont traversé la gare et sont partis tranquillement. Le contrôleur est venu ensuite triomphant, nous dire que le train était supprimé et qu'il fallait en prendre un autre qui arriverait dans 1/2 heure. Pendant ce temps-là, j'ai entendu des conducteurs qui discutaient entre eux sur le quai et qui disaient que les suppressions de trains pour covid, c'était du pur baratin, qu'en fait les trains étaient supprimés parce qu'ils étaient en mauvais état, non entretenus (et ils donnaient des détails).
Bref, j'ai fini par arriver. »

 

Partager l'article :

Les dernières actus

LA GAUCHE ACCROCHE L’ESPOIR AU PERCHOIR ?

Assemblée nationale À l’heure où nous écrivions ces lignes, nous ne connaissions pas l’issue du vote pour la présidence de l’Assemblée nationale, mais en s’entendant sur la candidature du communiste André Chassaigne au Perchoir, la...

LA DÉMOCRATIE MALADE

International - États-Unis La tentative d’assassinat contre l’ancien président des États-Unis le renforce dans son plan de reconquête de la magistrature suprême, au moment où les démocrates présentent un candidat affaibli et une stratégie anti-trumpiste...

« DÛT-IL Y PÉRIR »

Au Moyen-Âge, l'Église qui donnait le rythme du temps de travail, rendait obligatoire le repos dominical pour pouvoir (en fait, devoir) aller à la messe. Et s'y ajoutaient les fêtes religieuses. Et gare à ceux...
1 2 3 350

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2024 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram