ÇA SE PASSE EN EUROPE

28 janvier 2022
par 
Catégorie(s) :

Alors que le Pentagone faisait monter la tension dans la crise ukrainienne en décidant de placer 8500 hommes en état d’alerte, prêts à se déployer en Europe avec l’Otan, Joe Biden, dans la soirée de lundi, s’employait à resserrer les rangs de ses vassaux, entendons par là les principaux dirigeants de l’Europe. Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, le président du Conseil européen,
Charles Michel, le chancelier allemand, Olaf Scholz, le président polonais, Andrzej Duda, le premier ministre britannique, Boris Johnson
et le président français, Emmanuel Macron. Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, était également des conversations.

Mardi, les forces armées russes lançaient à proximité de l’Ukraine et de la Crimée de nouvelles manoeuvres. À ce jeu où chacun
entend montrer ses muscles, le pire est toujours possible. Un conflit armé serait catastrophique et les pays européens qui poussent les
feux, comme le font la Pologne ou la Grande-Bretagne, ne semblent pas le mesurer. Sans même en arriver à ce stade, les conséquences
économiques et géostratégiques de cette tension peuvent être très lourdes pour les peuples.

Il ne fait aucun doute que la Russie de Poutine fait monter les enchères à sa frontière avec l’Ukraine. Ce n’est pas une raison pour en ignorer les raisons. En une vingtaine d’années, la République tchèque, la Hongrie, la Pologne, les pays baltes, la Roumanie, la Macédoine du Nord et d’autres ont rejoint l’Otan. L’Ukraine, depuis la « révolution orange » de 2004-2005, voudrait le faire. Pour les États-Unis, il s’agit bien, dans leur stratégie de superpuissance et de rivalité avec la Chine, de tenir la Russie en respect, en la pressant à ses frontières.
Il y a quelques jours, Emmanuel Macron et Ursula von der Leyen souhaitaient une réunion de toutes les parties prenantes. L’Europe a été tenue à l’écart des discussions entre les négociateurs russes et américains, pour être au total appelée à se ranger aux positions des États-Unis et à la stratégie de l’Otan. Cela ne peut pas durer quand c’est sur son sol que cela se joue.

 

Partager l'article :

Les dernières actus

LES AUBOIS SE MOBILISENT POUR L’AUGMENTATION DES SALAIRES ET DES RETRAITES

Aube - Politique C’est une journée que l’exécutif va scruter de près. Premier rendez-vous national de grèves et de manifestations pour la hausse des salaires et le pouvoir d’achat, le jeudi 29 septembre a donné...

AMIANTE : LA SNCF LOURDEMENT CONDAMNÉE !

Technicentre de Romilly-sur-Seine C’est la fin d’un marathon judiciaire pour près de 70 cheminots de la SNCF, embauchés au technicentre de Romilly-sur-Seine. Mercredi 14 septembre, la cour d’appel d’Amiens a mis un terme à 5...

Mon Logis

Non content d’exaspérer bon nombre de ses locataires des quartiers Maugout et Ravel de St André Les Vergers, en laissant des logements sans entretien et sans vrai chauffage, le bailleur a refusé de recevoir Jean...

GASPILLAGE

Au moment où les Iraniennes essaient de se libérer du joug religieux avec pour chant de ralliement Bella Ciao, les Italiens ont élu une admiratrice du Duce. Et l'UE dit seulement « la répression des...
1 2 3 151

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2022 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram