LA LAISSE DIGITALE

LA LAISSE DIGITALE

10 septembre 2021
par 
Catégorie(s) :

Dans une enquête nationale, l’Ugict-CGT révèle que le travail à distance, bien que plébiscité, reste dégradé pour de nombreux salariés. Pour que cette pratique soit synonyme d’avancées pour les travailleurs, le syndicat appelle à l’encadrer strictement.

La bagarre est ancienne… comme la lutte des classes. Chaque révolution technologique, chaque évolution sociale, chaque changement sociétal est soumis à des forces contradictoires qui tentent de les tordre ; les unes dans le sens du progrès, les autres dans le sens de l’adaptation au système capitaliste.

Ces dernières ne manquent jamais d’imagination et de ressources : flexibilité pour casser l’aspiration à la baisse du temps de travail, ubérisation pour instrumentaliser l’envie de souplesse, auto entrepreneuriat pour détourner le désir d’autonomie… Et quand les aspirations à la justice sociale se font incontournables, le capitalisme tente toujours de les dévoyer jusqu’à promouvoir le pire : la peur et la haine de l’autre.

Le télétravail n’échappe pas à cet affrontement idéologique. Les salariés y aspirent tant le boulot à domicile semble pouvoir se libérer de l’obéissance, du travail enchaîné et permettre de gagner du temps de vie hors travail. Or ce n’est pas ce qui a été vécu. Pour nombre de salariés, le bureau à la maison a viré au cauchemar. Certes les entreprises n’étaient pas préparées mais, aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Et le patronat tente de tout faire pour éviter que télétravail rime avec « travail libéré » ou « travail autogéré ».

Repenser l’ensemble du travail

Leur idée est d’utiliser l’isolement physique du télétravailleur pour le tenir en laisse digitale, le transformer en « tâcheron » au sens de faire des tâches « à la demande ». Face à cette conception patronale et libérale du télétravail, les salariés et leurs organisations syndicales, à commencer par la CGT qui a mené l’enquête sur la question, veulent faire prévaloir une autre vision qui permette aux travailleurs qui le souhaitent de télétravailler dans de bonnes conditions sanitaires, sociales et psychologiques.

Et pourquoi pas en faire une porte d’entrée pour repenser l’ensemble du travail.

Partager l'article :

Les dernières actus

MON LOGIS EXASPÈRE SES LOCATAIRES

St André-Les-Vergers - quartier Maugout - Ravel Des femmes, beaucoup de femmes exaspérées par les conditions de logement indignes qu’elles subissent parfois depuis des années. Des témoignages poignants de locataires qui n’en peuvent plus de...

24 H SUR LE MÊME BRANCARD !

Santé - hôpitaux Madeleine Riffaud est aveugle. Mais elle voit bien mieux que beaucoup. Dans une lettre bouleversante adressée au directeur de l’AP-HP la résistante de 98 ans, atteinte d’un Covid long, décrit sa prise...

ENVOYEZ-LUI VOS FACTURES !

Des dizaines de milliers de britanniques ont dit qu’ils cesseront le 1er octobre de payer leurs factures de gaz et d’électricité. À cette date, les prix auront quasiment triplé en un an. Les compagnies brandissent...

ALLER EN TRAIN... RETOUR EN BUS !!

Inauguration de l’électrification Paris - Nogent S/Seine Ah l’électrification de la ligne 4 ! Un serpent de mer qui alimente le microcosme politique local depuis trois décennies et qui vient de voir enfin sa concrétisation...
1 2 3 148

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2022 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram