MARIUS NAVOIZAT
Marius Navoizat élu au premier tour (3ème canton de Troyes - 23 septembre 1945).

MARIUS NAVOIZAT

23 décembre 2023
Catégorie(s) :

Au service de La Dépêche de l’Aube...

La Dépêche de l’Aube reparaît quotidiennement le 4 septembre 1945(1). Après sa publication clandestine durant l’Occupation, puis sa parution libre hebdomadaire à partir du 9 septembre 1944, il s’agit d’une nouvelle étape. À l’approche du 80ème anniversaire de la Libération, il est utile de rappeler l’action des principaux responsables du titre à cette période. Joseph Navoizat qui prendra comme prénom Marius fait partie de ceux-ci. Pour beaucoup son nom est oublié aujourd’hui et pourtant…

Joseph Navoizat est né le 19 juin 1900 à Villefranche-sur-Saône (Rhône). Brouillé avec sa famille, il s’installe à Troyes en mai 1922. Il travaille à la Société Générale de Bonneterie. Militant syndical, il rejoint à cette époque la CGTU avec son syndicat des métaux. Il adhère au Parti communiste en 1924 et va rapidement occuper des responsabilités importantes. En octobre 1927, il est secrétaire de la Région troyenne du PC. Dès lors, il va alterner entre direction du PC et implication forte dans La Dépêche. Il fut aussi gérant du Travailleur de l’Yonne et de la Côte d’Or. C’est en tant que tel qu’il fut arrêté le 3 juillet 1928 car le journal avait reproduit un article de La Dépêche de L’Aube intitulé : « Ce que doit être l’action des réservistes ». Malgré une manifestation de protestation qui, selon La Dépêche, regroupa 2 000 travailleurs il fut incarcéré et condamné à 18 mois de prison ferme et 1 500 Francs d’amende.

Victime de la répression

Emprisonné à la Maison d’arrêt de Troyes du 3 juillet 1928 au 3 janvier 1929, il continue à militer à l’intérieur de la prison en lisant et en écrivant pour La Dépêche de l’Aube. Marius Navoizat fut encore appréhendé le 2 août 1931 alors qu’il vendait le quotidien communiste dans les rues de Brienne-le-Château à l’occasion de la venue de Tardieu(2) au congrès des Coopératives Agricoles de blé. Au début des années 1930, il reprend en main l’administration de La Dépêche. Il s’oppose à René Plard et lors de la crise de mars-avril il prend nettement position pour l’exclusion de celui-ci. En 1933, il participe activement à la défense de l’imprimerie L’Émancipatrice et rédige une brochure intitulée La vérité sur L’Émancipatrice dans laquelle il dénonce « le coup de force de Plard contre l’imprimerie qui avait été créée par les travailleurs de l’Aube pour assurer l’impression de leur quotidien La Dépêche de l’Aube ». Redevenu secrétaire de la Région troyenne, il signe en août 1934 le pacte d’unité d’action avec le Parti socialiste et les Amis du Rappel. Pour les élections municipales de mai 1935 à Troyes, le projet de liste unique ouvrière ayant échoué, il conduit une liste communiste qui obtient 1958 voix (16,8%) contre 45,2% à celle de Plard pour laquelle il se désiste. Ses rapports avec le nouveau maire de Troyes s’améliorent. Lors de l’élection complémentaire du 10 mai 1936, seul candidat du Front Populaire, il est élu avec 3 036 voix au premier tour et 4 604 au second tour sur 15 300 inscrits. Il développe alors une activité municipale intense. Il est élu conseiller d’arrondissement du 1er canton de Troyes le 9 octobre 1937.

Déchu de ses mandats en octobre 1939

En octobre 1939, il est le premier élu de l’Aube à être déchu de ses mandats. Arrêté le 14 juillet 1941, il est emprisonné à Clairvaux, transféré dans de nombreux camps et enfin à l’île de Ré. Après 41 mois d’emprisonnement, Marius Navoizat est libéré en décembre 1944. Il reprend alors la direction régionale du Parti communiste ainsi que ses fonctions de conseiller municipal. En mai 1945, il est élu conseiller municipal de Troyes et, le 23 septembre, conseiller général (3ème canton de Troyes) avec 6 569 voix sur 11 201 votants. Avec Auguste Angonin et Armand Lauby, il est un des premiers administrateurs de la « Société nouvelle de La Dépêche de l’Aube » fondée par acte notarié le 19 juin 1945. Il est le rédacteur en chef du journal redevenu quotidien. À suivre…

1 - Cf. Dépêche de l’Aube n°1738 - 24 novembre 2023
2 - Ministre de l’Agriculture dans le 2ème gouvernement Pierre Laval juin 1931 à janvier 1932

Source documentaire : Le Maitron - Notice de René Lemarquis

Partager l'article :

Les dernières actus

LES PAS TRIOMPHANTS DE MANOUCHIAN

Panthéonisation Missak Manouchian a intégré mercredi le temple républicain, avec son épouse Mélinée, quatre-vingts ans après avoir été fusillé par les nazis. Avec lui, c’est toute la Résistance communiste et étrangère qui se voit honorée...

LE LIEN PARTICULIER DES COMMUNISTES AUBOIS AVEC CET ÉVÉNEMENT

Outre la cérémonie officielle organisé par L’ANACR devant le monument de la Résistance et de la déportation à Troyes, où la fédération de l’Aube a déposé une gerbe, les communistes aubois ont souhaité s’inscrire dans...

EXPOSITION

Missak MANOUCHIAN à la Fédération de l’Aube du PCF Jusqu’au 9 mars du lundi au vendredi de 10H à 18H

CHAROGNE

Épilogue du feuilleton Bygmalion. L’histoire d’une campagne électorale qui a coûté beaucoup trop cher pour un candidat dont la Justice dit qu’il ne pouvait ignorer une telle sortie de route. L’histoire d’une élection coup de...
1 2 3 305

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2024 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram