« LE MAIRE AGIT EN POMPES FUNÈBRES DES SERVICES PUBLICS LOCAUX »

« LE MAIRE AGIT EN POMPES FUNÈBRES DES SERVICES PUBLICS LOCAUX »

24 novembre 2023

Romilly-sur-Seine

Une récente interview d’Éric Vuillemin a suscité beaucoup d’émotion et de remous dans la population. Fethi Cheikh, président du groupe d’opposition de gauche au Conseil municipal, répond à nos questions .

La Dépêche de l’Aube : Concluant une violente diatribe, récemment publiée dans la presse, le Maire de Romilly annonce qu'il est "temps de siffler la fin de la récréation". Votre réaction ?

Fethi Cheikh : Il veut siffler la fin de la récréation [rires…] ? Encore faudrait-il qu’il soit capable d’apporter des réponses concrètes à des préoccupations fondées et légitimes soulevées par des Romillons et des dirigeants associatifs inquiets. Il fait face à une opposition croissante en raison de décisions controversées, notamment l’annonce de l’arrêt de l’activité cinématographique à l’Eden. Pris en tenailles entre la mobilisation citoyenne contre la fermeture du cinéma municipal et le mécontentement des dirigeants associatifs et au sein même de sa majorité, Éric Vuillemin répond par la provocation et le mépris au lieu de l’apaisement…

Un maire ne devrait pas dire ça… Sur le fond, nous assistons depuis son premier mandat en 2008, à des attaques sans précédent des services publics locaux, des politiques de solidarités et contre les réalisations de la gestion de la gauche à direction communiste d’avant 1989. La récente déclaration du maire LR est un aveu révélateur de cette entreprise de démolition, non pas à cause de leur inefficacité mais par le choix idéologique assumé de les faire disparaître d’un trait de plume. Et pourtant, j’entends encore dire que « c’était mieux avant ». Des attaques tous azimuts y compris sur des sujets consensuels.

LDA : Par exemple ?

Fethi Cheikh : Il n’est pas inutile de rappeler son refus de dénommer la piste d’athlétisme « Auguste-Triché ». Pourtant, cette proposition fait l’unanimité à Romilly, comme l'ont montré l’ampleur et le nombre de signatures de la pétition et le soutien des dirigeants sportifs… Depuis, toutes les dénominations sont gelées.

LDA : C'est un fait patent. La casse systématique des services publics communaux à laquelle il se livre depuis deux mandats et demi a amplifié les effets de la politique nationale d'Emmanuel Macron.

Fethi Cheikh : En effet, cela fait 15 ans que le Maire nous promet la « redynamisation » ! La situation sociale de notre bassin de vie est catastrophique. Les chiffres du rapport de l’Analyse des Besoins Sociaux le démontrent. Les associations caritatives locales en font le constat. Cela a un impact en terme de santé pour les populations frappées de plein fouet, et par les mesures gouvernementales et par celles surajoutées localement par le Maire, comme les hausses des tarifs de services communaux, les hausses de taxes intercommunales (+2% sur les ordures ménagères), dont celles sur l’eau, des locations de salles, piscine, cinéma…

Quinze ans aussi qu’Éric Vuillemin se dit le champion de l'emploi. Appliquant la politique de Nicolas Sarkozy du non-remplacement d'un départ sur deux à la retraite des agents de la fonction publique, le nombre des agents communaux est passé de 320 en 2008 à 218. Plus de cent postes ont ainsi été supprimés par le Maire. « Monsieur Emploi » donne un bien triste et très mauvais exemple. Il agit en pompes funèbres des services publics locaux. Dans un rapport de 2014, la Chambre Régionale des Comptes a attiré l’attention du Maire sur les tarifs élevés des repas supposant un taux d’effort important de la part de populations socialement fragilisées. Sa réponse fut draconienne, plus de portage de repas pour nos aînés : service supprimé !

LDA : Et sur l’Eden, qu’avez-vous à répondre au déficit évoqué par le maire de Romilly ?

Fethi Cheikh : Mais c'est le déficit de sa gestion du cinéma municipal ! Il est directement responsable de ce déficit. Les deux cinémas de notre bassin de vie, Nogent S/S et Sézanne, sont en activité et offrent un service sans difficultés, que je sache ! Avant d’envisager l’arrêt de l’activité cinématographique de Romilly, je l’invite à se rendre auprès des élus de ces deux communes avoisinantes pour s’inspirer des bonnes pratiques de gestion. Au lieu d’envisager de brader cette offre culturelle au privé, je propose au maire un plan de relance axé sur des initiatives culturelles soutenues et des programmes de fidélisation pour favoriser la fréquentation et développer l’attractivité.

Enfin, chacun sait que l’offre cinématographique a souffert de la période post-Covid, mais les professionnels du secteur sont optimistes sur un rebond de la fréquentation qui s’est d’ailleurs confirmé cette année. Les Romillons sont attachés à ce service municipal et personne ne peut décider à leur place. D’une part ils contribuent à son financement mais en revanche on leur refuse la parole !

LDA : Des résistances s'organisent localement, parfois avec succès comme pour empêcher la fermeture de la Sécu ou de la maternité. N'est-ce pas là le bon chemin d'amplifier ces résistances et de les agglomérer sur la base d'un autre projet politique pour Romilly ?

Fethi Cheikh : Absolument. Amplifier les résistances locales peut être un moyen efficace et catalyseur pour instaurer un changement positif à Romilly, à l’instar de la mobilisation actuelle de l'Association de défense du cinéma. Notre présence aux dernières élections municipales, dans un contexte difficile et contraint, a permis à la gauche d’être debout et présente dans la deuxième ville du département. Depuis le début du mandat, nous avons avec constance assumé notre rôle d’une opposition sérieuse, responsable, critique, mais aussi porteuse de propositions. Demain, nous aurons la responsabilité et la légitimité d’unir les forces locales disponibles pour construire un projet alternatif qui offre une voie prometteuse et pour répondre aux préoccupations et aspirations des habitants.

 

 

 

 

Partager l'article :

Les dernières actus

NOUVEAU FRONT POPULAIRE : DÉTERMINÉ·E·S POUR GAGNER !

Élections législatives Partout en France l’union de la gauche suscite un regain d’espoir, désormais l’arrivée du RN au pouvoir n’est plus une fatalité. L’extrême droite et les macronistes s’en rendent d’ailleurs compte et balisent, ils...

DOUCE NUIT

La cause est entendue : le programme du RN, squelettique, se limite à quelques mesures économiques non compensées par des recettes : baisse de la TVA sur les produits énergétiques tout de suite ; pour...

EN FORCE CONTRE L’EXTRÊME DROITE

À l’initiative de l’intersyndicale ( CGT, FSU, CFDT, SOLIDAIRES au niveau local ), ce sont 1000 personnes qui se sont rassemblées samedi après-midi place Jean-Jaurès à Troyes pour dire leur rejet de l’extrême droite et...
1 2 3 343

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2024 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram