ÉRIC VUILLEMIN REÇOIT LE SOUTIEN DE L'EXTRÊME DROITE LEPENISTE

ÉRIC VUILLEMIN REÇOIT LE SOUTIEN DE L'EXTRÊME DROITE LEPENISTE

Romilly-sur-Seine

"On pensait l'affaire close", a écrit la presse locale de 4 avril. Nous aussi ! Pourquoi le maire a-t-il relancé la polémique au dernier Conseil Municipal ?

Éric Vuillemin visiblement avait besoin de montrer que sa majorité faisait bloc derrière lui suite à l'incompréhension et la colère suscitées par cette décision de parrainer un candidat condamné à plusieurs reprises par la justice pour incitation à la haine raciale.

Beaucoup ont tenu à nous faire part de leur désapprobation. Les élu.e.s communistes ont donc eu raison de dénoncer et de condamner cette prise de position. Imaginons un instant qu'ils ne l'aient pas fait : que n'aurait-on pas entendu ?

Le maire de Romilly se prévaut d'avoir des témoignages de soutien. Sans doute beaucoup venant du côté des « zemmouriens ». Vraiment pas de quoi être fier ! Le courage, c'est d'assumer son choix sans s'en prendre à ses contradicteurs comme il l'a fait violemment au Conseil Municipal. D'autant plus que telles n’étaient pas les questionsà l’ordre du jour de cette séance.

Pour ce qui concerne les communistes, il est tout à fait inconcevable qu'un personnage condamné par la justice de notre pays pour incitation à la haine raciale puisse être candidat à une élection présidentielle. Le parrainer, c'est potentiellement lui permettre d'être élu président de la République et donc de représenter la France à l'étranger. Pour nous, c'est non !

Éric Vuillemin semble engagé sur une inquiétante trajectoire

À ce même Conseil Municipal du 2 avril, le maire a remercié Jean-Patrick Vernet du Rassemblement national pour le soutien qu'il lui a apporté. Rappelons que le conseiller municipal d'extrême droite a été lui aussi condamné par la justice pour « provocation à la discrimination » et qu’à ce jour il ne s'est toujours pas acquitté de la condamnation financière prononcée par la Cour d'Appel de Reims le 16/12/2020. Pour un parti qui dénonce en permanence le laxisme de la justice et la non-application des peines prononcées, voilà qui donne à réfléchir.

Après avoir soutenu Ciotti à la primaire de droite, parrainé Zemmour et remercié un élu d'extrême droite pour son soutien, Éric Vuillemin semble engagé, en toute connaissance de cause, sur une inquiétante trajectoire. Qu’il dise autant qu’il lui plaira que « parrainer n'est pas soutenir », avec beaucoup d'autres nous sommes en droit de nous interroger, et qui plus est d’exprimer nos points de vue.

La section PCF de Romilly - Nogent

Partager l'article :

Les dernières actus

LA GAUCHE ACCROCHE L’ESPOIR AU PERCHOIR ?

Assemblée nationale À l’heure où nous écrivions ces lignes, nous ne connaissions pas l’issue du vote pour la présidence de l’Assemblée nationale, mais en s’entendant sur la candidature du communiste André Chassaigne au Perchoir, la...

LA DÉMOCRATIE MALADE

International - États-Unis La tentative d’assassinat contre l’ancien président des États-Unis le renforce dans son plan de reconquête de la magistrature suprême, au moment où les démocrates présentent un candidat affaibli et une stratégie anti-trumpiste...

« DÛT-IL Y PÉRIR »

Au Moyen-Âge, l'Église qui donnait le rythme du temps de travail, rendait obligatoire le repos dominical pour pouvoir (en fait, devoir) aller à la messe. Et s'y ajoutaient les fêtes religieuses. Et gare à ceux...
1 2 3 350

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2024 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram