IL Y A 150 ANS : LA SEMAINE SANGLANTE

IL Y A 150 ANS : LA SEMAINE SANGLANTE

28 mai 2021
par 
Catégorie(s) :

Il y a 150 ans, du 22 au 28 mai 1871, les troupes du gouvernement Thiers, installé à Versailles, occupé par l’armée prussienne, lancent l’assaut final contre la Commune libre de Paris.

Le 21 mai 1871 dans l’après-midi, les troupes de Versailles pénètrent dans Paris par un point faible de la défense communarde.
Dans la nuit et dans la journée du 22 mai, sans rencontrer de résistance notable, les versaillais occupent l’essentiel des arrondissements de l’ouest.
Or, dès ce premier jour de la Semaine sanglante, l’armée se met à multiplier les fusillades. Au cimetière d’Auteuil, des dizaines de cadavres sont couchés les uns sur les autres ; dans un jardin de la Muette, trente cadavres de fusillés.
À Vaugirard, deux garçons de l’abattoir de Grenelle, sans armes et portant un pantalon de la garde nationale, sont exécutés. Dans une cave de la rue de Naples, huit fédérés qui n’ont pas voulu se rendre sont fusillés.
On fusille aussi les habitants d’une maison de la rue de Prônai parce qu’un officier versaillais soupçonne qu’un coup de feu en est parti. Ce lundi 22 mai au soir, des prisonniers sont dirigés vers le parc Monceau et vers l’École militaire où se constituent les premières cours martiales et s’opèrent les premières sélections. Un témoin constate déjà « de larges plaques de sang sur le terrain du chemin couvert » du bois de Boulogne.
Ainsi, au matin du 23 mai, alors que les fédérés n’ont encore opposé aucune résistance sérieuse, alors qu’aucun incendie n’a été allumé et qu’aucun otage n’a été exécuté, le massacre a déjà largement commencé.
C’est bien la preuve que le massacre de vingt mille communards pendant la Semaine sanglante ne tient nullement aux circonstances du combat.

Partager l'article :

Les dernières actus

POUR UNE RÉPUBLIQUE SOCIALE, LAÏQUE, FÉMINISTE ET DÉMOCRATIQUE

Un air de Fête de l’Huma régnait ce dimanche au coeur de Paris. Les stands des sections parisiennes installés place Stalingrad assuraient le casse-croûte, pendant que les groupes de musique faisaient monter l’ambiance. Le temps...

Emmanuel Macron

qui, après la tragédie en mer du Nord, parle d'une Europe endeuillée dans ses valeurs humanistes, de soutien inconditionnel aux familles des victimes, mais impose aux migrants, qui pour la plupart viennent de pays en...
1 2 3 62

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2021 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram