A TCM on constate l’urgence environnementale et c’est tout !

A TCM on constate l’urgence environnementale et c’est tout !

Assistez à une réunion de commission sur la mobilité transport et le développement durable de Troyes Champagne Métropole et vous en sortirez convaincu.e que les élu.e.s ont pris conscience de l’urgence climatique et que nous devons commencer par agir localement.

Seulement voilà la question sur les moyens à y consacrer est réglée plus haut, sans doute à quelques-uns dans le bureau de François Baroin. À Troyes Champagne Métropole, le discours sur le développement durable est affuté, policé, convenu, entretenu dans une belle unanimité et c’est tout ! Aucun moyen financier ne permet de prendre le sujet à bras le corps.

Après tout, rien ne surprenant, dans une assemblée à majorité de droite où le graal de toute bonne gestion se conjugue avec les mêmes « maux » : « contraction des dépenses de fonctionnement et maitrise de la dette » telle une obsession qui fait passer les politiques publiques à côtés de l’essentiel : le bien commun.

Faut-il compter sur François Baroin pour mener une politique qui réponde aux enjeux écologiques et sociaux qui sont devant nous ? Assurément non.

Petit rappel historique à qui pourrait s’en étonner

Entre 2007 et 2012 le gouvernement Sarkozy-Fillon-Baroin a accéléré la casse du fret ferroviaire ! En 2000 sa part modale dans le marché des transports était de 20,6 % ; en 2016 elle n’était plus que de 10% Depuis 2009, 8000 emplois de cheminots ont été supprimés, plus de 400 gares ont été fermées et sur 21 grands triages il n’en reste plus que 3 en activité. Cette stratégie de casse planifiée de l’appareil productif a conduit à mettre plus d’un million de camions chaque année sur les routes, merci pour la pollution… Pourquoi donc F. Baroin ferait aujourd’hui le contraire de ce qu’il a fait depuis toujours : une politique au service des multinationales et de la finance.

Celles et ceux qui sont convaincu.e.s que ce sont les majorités actuelles qui feront ou ne feront pas la transition écologique, comme nous y engagent nos enfants, feraient mieux de s’y prendre autrement que de dire systématiquement amen au président de TCM.

Car, si les élu.e.s de TCM sont majoritairement de droite, ils ne le sont pas tous, loin s’en faut. On y trouve des socialistes, des écologistes, des communistes et des élu.e.s à sensibilité de gauche qui ont dû porter dans leur campagne municipale des projets d’une autre nature que celui mis en oeuvre par F. Baroin, qui impacte près de la moitié des habitants de notre département.

Les élu.e.s de TCM sont appelé.e.s à débattre d’un plan climat et vont voter prochainement un budget 2021 qui n’affecte aucun moyen sérieux pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et indissociablement la réduction du trafic routier urbain qui est responsable à lui seul de 30% de ces émissions.

On ne peut pourtant pas faire autrement que d’observer qu’il y a des agglomérations de taille identique à la nôtre qui ont mis en oeuvre avec succès des politiques de transports en commun où leur libre accès a permis une forte augmentation de leur fréquentation et une baisse de la circulation automobile. Dans le même ordre d’idée, la région Occitanie vient de décider de la gratuité du TER pour les 18 / 26 ans.

Que peut-on attendre d’autre de la part d’élu.e.s de gauche et écologistes ? Qu’ils parlent d’une même voix pour faire entendre cette exigence.

C’est une mesure écologique qui permet de commencer à repenser la place de la voiture en ville, l’espace nécessaire au développement du réseau cyclable, l’élargissement des trottoirs et le verdissement des rues. La population attend que leurs élu.e.s prennent maintenant des décisions lisibles.

À TCM, nous pourrions avancer en ce sens en décidant le libre accès aux transports en commun pour tous les scolaires et les étudiants.

Si nous voulons changer les habitudes de déplacements, en favorisant le recours aux transports en commun, nous devons apporter la preuve, notamment à notre jeunesse, que cela n’est ni plus compliqué ni plus cher que la voiture.

Nous devons faire aujourd’hui un premier pas vers la gratuité pour que le coût du transport ne soit plus un frein pour de trop nombreux jeunes ! c'est aussi un choix en faveur du pouvoir d'achat des jeunes, fortement impacté par la crise sanitaire que nous traversons.

C’est une gratuité responsable car elle est utile à la société tout entière.

Partager l'article :

Les dernières actus

UN VERITABLE BANDITISME D’ÉTAT !

Par Patrick Le Hyaric, Directeur le l'Humanité   Pegasus, c’est le nom du logiciel de la start-up israélienne NSO Group, un puissant outil d’espionnage ciblant les smartphones. Le consortium de journalistes Forbidden Stories et Amnesty...

LEPREST ET DIMEY

Il faut signaler à la MOPO (Maison de l’Outil) Mercredi 28 juillet à 21 H 30 la venue de Jehan chantant Leprest et Dimey. La rareté, c’est qu’il sera accompagné par Lionel Suarez, un accordéoniste...

BEAU SUCCES POUR LE STAND DE LA DEPECHE DE L'AUBE

Malgré une météo incertaine et une jauge réduite due à la pandémie, le Festival en Othe a connu un beau succès le Week End dernier. En particulier notre stand de La Dépêche de l’Aube avec...

OBSCÉNITÉ

Impossible d'échapper au rire des quatre passagers du New Shepard qui sortent, inondés de bonheur, de la capsule qui leur a permis d'être trois minutes en apesanteur à 100 km de hauteur pour « observer...
1 2 3 34

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2021 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram