L’URGENCE D’UN CESSEZ-LE-FEU

L’URGENCE D’UN CESSEZ-LE-FEU

7 octobre 2022
Catégorie(s) :

Guerre en Ukraine

Plus de deux-cents jours après l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe, les perspectives d’un accord de paix semblent chaque jour s’éloigner davantage. Vladimir Poutine porte la plus lourde responsabilité sur cette situation, en ayant fait le choix de violer la souveraineté territoriale d’un pays dont les frontières sont reconnues internationalement.

Pour les deux camps, le conflit s’installe désormais dans la durée. Que ce soit pour l’Ukraine ou la Russie, seule la victoire militaire sur l’adversaire est envisagée pour une sortie de la guerre. La mobilisation des réservistes et les sanctions en cas de refus de l’enrôlement imposé par Poutine font peser sur le peuple russe le poids de la guerre. Comme dans toutes les guerres, la jeunesse se retrouve prisonnière des logiques bellicistes, chair à canon de grandes puissances. L’organisation de référendums et l’annexion de territoires occupés sont une provocation de plus de la part de Vladimir Poutine. En bafouant le droit international de la sorte, le dictateur russe montre sa volonté d’inscrire le conflit dans la durée.

Un risque pour la sécurité mondiale

Face à cela, les livraisons d’armes à l’Ukraine de la part de l’Union européenne et des États-Unis ainsi que les rivalités industrielles et les profits recherchés par les entreprises de l’armement participent elles aussi directement à la surenchère guerrière. Les puissances occidentales portent aujourd’hui une responsabilité dans cet enlisement guerrier, dont les peuples ukrainien et russe sont les premières victimes. Les menaces de plus en plus claires d’usage de l’arme nucléaire de la part de Vladimir Poutine font planer un risque pour la sécurité mondiale et rendent urgente la réouverture des discussions pour un désarmement nucléaire à l’échelle mondiale.

La paix, bien que de plus en plus difficile à envisager, est l’unique solution raisonnable, pour les peuples ukrainien et russe, mais aussi pour la sécurité mondiale. Un cessez-le-feu est un préalable à cela. La France devrait consacrer toute son énergie à la recherche de cette paix, plutôt que d’envoyer des armes et de durcir chaque jour les sanctions économiques qui font désormais toute la preuve de leur inutilité.

La diplomatie française doit agir au sein de l’Union européenne, mais également dans le cadre des Nations Unies pour porter la proposition diplomatique de mettre tous les États d’Europe autour de la table afin de parvenir à un accord pour la paix et la sécurité collective. La France doit organiser l’accueil sur le territoire des déserteurs russes. La France doit ratifier le traité d’interdiction des armes nucléaires, première étape vers un désarmement nucléaire multilatéral.

 

Partager l'article :

Les dernières actus

EN ROUTE POUR LE NOUVEAU FRONT POPULAIRE !

Élections législatives Par Camille Lainé Abasourdis, c’est le sentiment général quant à 21h ce dimanche 9 juin le président Macron annonce la dissolution de l’Assemblée nationale. Alors que l’extrême droite est à plus de 40%,...

L'ESPOIR

L'espoir renaît. « Voilà ce dont on a besoin ; l'espoir. C'était le manque d'espoir qui abattait les hommes » a écrit Charles Bukowski*. Par manque d'espoir, beaucoup se sont agglutinés au bord du cratère...

LA TÊTE DANS LE SABLE

Encore un rapport sur le climat. Chauds les marrons ! Parler colmater à 1,5° voire 2°C est désormais plié et archi-plié. Les prévisions ne sont plus alarmantes, elles sont cataclysmiques. Mais pour une bonne partie...
1 2 3 341

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2024 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram