GINETTE COLLOT

GINETTE COLLOT

3 mai 2024
Catégorie(s) :

Ginette, C’était un petit bout de femme, devenue sur le tard, bien fragile. Mais, quand elle vous regardait de ses yeux vifs et pénétrants et qu’elle se mettait à parler de ce qui lui tenait à coeur, la Résistance, la Déportation, alors sa conviction vous gagnait.

Dotée en plus d’une étonnante mémoire, son récit vous touchait le coeur et vous pénétrait de tendresse pour tous ces héros disparus qu’elle avait côtoyés. Elle avait connu ces garçons jeunes et pleins de vie. Emprisonnés à Hennequin, 7 salopards Bretons engagés dans la SS, les massacrèrent. Un petit bout de femme, OUI, mais une grande dame.

Bien sûr certains vous parlerons de son caractère, OUI, Elle était tenace, elle était coriace. C’était une femme de conviction, d’une fidélité ombrageuse, attachée aux valeurs de liberté et de fraternité, celles du Parti communiste auquel elle appartenait depuis 1945.

Elle avait « croisé » les boches à l’époque où ceux-ci ne s’étaient pas encore mués, par la grâce du plan Marshall, en Européens pacifiques parmi lesquels on amnistiait les criminels de guerre. Elle tenait tête sans se départir de son petit sourire, preuve de fermeté et de bienveillance à la fois. Elle avait croisé les boches !

Ginette ce fut la Résistance à l’âge de 17 ans. Les femmes ont beaucoup oeuvré sans être bien reconnues. Des faibles femmes comme on disait bêtement, qui transportaient à vélo des grenades et des revolvers cachés sous l’herbe aux lapins dans le panier du porte-bagage.

Ginette, ce fut aussi cette appétence pour la transmission de la mémoire. Elle l’a inoculée toute sa vie, cette mémoire et ce respect, en militant d’abord aux Femmes françaises puis en parlant aux lycéens et collégiens dans le cadre du CNRD. Dans le domaine de la déportation, elle mettait en avant la déportation de répression, celle qui visait, tous les ennemis des nazis, résistants et politiques parmi lesquels les communistes avaient pris une très large part.

C’étaient eux, ces soldats de l’ombre qui avaient ressuscité la république, donné tant de lois sociales à la France, ainsi que le vote des femmes, récompense tardive par rapport à d’autres pays, mais récompense gagnée par leur engagement héroïque dont celui de Ginette.

Ginette n’a pas reçu les diplômes qu’elle méritait. La patrie n’a pas été reconnaissante. Nous nous sommes battus longtemps pour qu’elle obtienne le ruban bleu de l’Ordre national du mérite. Des mois durant, son dossier se perdait dans les ministères. Ministère rime avec mystère. Notre parti continuera pourtant à faire connaître quelle grande dame elle fut et quelles leçons elle nous lègue.

 

Partager l'article :

Les dernières actus

LES LIBÉRAUX S’EN PRENNENT TOUJOURS AUX MÊMES : LES PLUS PRÉCARISÉS !

Assurance chômage Par Camille Lainé Nous avions déjà abordé le sujet il y a quelques semaines dans nos colonnes, mais le gouvernement Attal s’en prend frontalement aux chômeurs. Là encore, toujours rien face à l’évasion...

MANDAT D’ARRÊT CONTRE NETANYAHOU ?

International Lundi 20 mai, Karim Khan, procureur de la Cour Pénale Internationale a réclamé un mandat d’arrêt contre Benyamin Netanyahou et son ministre de la défense Yoav Gallant. Le magistrat a déclaré avoir « des...

AUTODÉTERMINATION

L'ambassadeur de Cuba en France, lors de la Conférence pour la paix au siège du PCF, a rappelé que l'autodétermination a été LA décision qui a entraîné le blocus : il était impensable pour les...
1 2 3 336

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2024 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram