LA DOUBLE PEINE DES MALADES

LA DOUBLE PEINE DES MALADES

22 mars 2024
Catégorie(s) :

Santé 2 Cmjn

Doublement des franchises médicales

Un euro par boîte de médicaments, c’est la somme dont il faudra désormais s’acquitter pour se soigner. Le gouvernement a confirmé cette hausse des franchises qui étaient jusquelà fixées à 50 centimes d’euro. Ce doublement concerne également tous les actes paramédicaux (infirmiers, kinés…), dont la franchise passera aussi à un euro. Celle des transports sanitaires s’élèvera à 4 euros, celles des actes et des consultations réalisées par un médecin à 2 euros, et celles des examens et des analyses de biologie médicale à 2 euros également.

Cette participation financière, prélevée par la Sécurité sociale et plafonnée à 50 euros par an, reste totalement à charge des patients.

Les malades coupables et punis de l’être !

« Le fait d’augmenter les franchises pénalise encore un peu plus ceux qui sont obligés de prendre des médicaments au quotidien pour vivre. Pour eux, c’est la double peine », déplore Gérard Raymond de France Assos Santé. Les communistes, comme de nombreuses associations, sont fermement opposés à cette hausse du reste à charge. C’est un prélèvement qui va en outre culpabiliser les malades, sans parler de ceux qui n’iront plus consulter ou aller chercher leurs médicaments, ce qui à terme, aggravera leur état de santé.

 

 

Partager l'article :

Les dernières actus

LA GAUCHE ACCROCHE L’ESPOIR AU PERCHOIR ?

Assemblée nationale À l’heure où nous écrivions ces lignes, nous ne connaissions pas l’issue du vote pour la présidence de l’Assemblée nationale, mais en s’entendant sur la candidature du communiste André Chassaigne au Perchoir, la...

LA DÉMOCRATIE MALADE

International - États-Unis La tentative d’assassinat contre l’ancien président des États-Unis le renforce dans son plan de reconquête de la magistrature suprême, au moment où les démocrates présentent un candidat affaibli et une stratégie anti-trumpiste...

« DÛT-IL Y PÉRIR »

Au Moyen-Âge, l'Église qui donnait le rythme du temps de travail, rendait obligatoire le repos dominical pour pouvoir (en fait, devoir) aller à la messe. Et s'y ajoutaient les fêtes religieuses. Et gare à ceux...
1 2 3 350

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2024 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram