NOS PEINES

NOS PEINES

23 février 2024
Catégorie(s) :

ALAIN FOURNIER

Notre ami, notre compagnon de route est décédé. Alain nous a quittés il y a quelques jours. Fidèle lecteur de La Dépêche de l'Aube et de L'Humanité durant toute sa vie, il a été un fidèle compagnon de route et de combats aux côtés des communistes et particulièrement ceux de Romilly. Attaché aux valeurs de justice, de dignité, de liberté et de paix, il répondait très souvent présent. Par exemple, dans ses premiers combats contre les injustices, il était présent pour s'opposer aux expulsions locatives, aux coupures d'électricité dans la population défavorisée du quartier du "nouveau Romilly"

Alain était aussi un passionné de sport. Il a pratiqué le foot à l'USMR où il contribua à la montée de ce club au niveau national en 3ème division. Il fut également l'un des organisateurs du Challenge Auguste Triché de cross qui rassemblait des centaines d'athlètes.

Jusqu'au bout, il a gardé en lui cette révolte contre cette société injuste, il était aussi tourmenté par la montée de la haine attisée par les idées de l'extrême droite. Il ne laissait pas indifférent toutes celles et ceux qui le côtoyaient. Ses engagements méritent le respect.

À Annick, son épouse et à toute sa famille, avec La Dépêche de l'Aube nous présentons nos sincères condoléances.

 

Partager l'article :

Les dernières actus

LA GAUCHE ACCROCHE L’ESPOIR AU PERCHOIR ?

Assemblée nationale À l’heure où nous écrivions ces lignes, nous ne connaissions pas l’issue du vote pour la présidence de l’Assemblée nationale, mais en s’entendant sur la candidature du communiste André Chassaigne au Perchoir, la...

LA DÉMOCRATIE MALADE

International - États-Unis La tentative d’assassinat contre l’ancien président des États-Unis le renforce dans son plan de reconquête de la magistrature suprême, au moment où les démocrates présentent un candidat affaibli et une stratégie anti-trumpiste...

« DÛT-IL Y PÉRIR »

Au Moyen-Âge, l'Église qui donnait le rythme du temps de travail, rendait obligatoire le repos dominical pour pouvoir (en fait, devoir) aller à la messe. Et s'y ajoutaient les fêtes religieuses. Et gare à ceux...
1 2 3 350

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2024 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram