TOUT CHANGER POUR QUE RIEN NE CHANGE

TOUT CHANGER POUR QUE RIEN NE CHANGE

12 janvier 2024
Catégorie(s) :

Remaniement

Depuis l’intervention présidentielle, le 31 décembre, tout le Landerneau politico-médiatique s’agitait en spéculation sur « qui » ? Le « pour faire quoi ? » n’intéressant pas grand monde. À raison, d’ailleurs, tellement il était évident que l’hôte de Matignon, quel qu’il soit, ne serait qu’un exécutant zélé du président de la République.

Quitte à avoir un collaborateur, le président a donc choisi un « bébé Macron », comme le surnomment les médias, tant le parcours, le profil et le milieu dont est issu Gabriel Attal ressemblent à s’y méprendre à ceux d’Emmanuel Macron. Certes, il faudra attendre la composition du nouveau gouvernement pour mesurer les différents équilibres au sein du camp macroniste, mais personne n’envisage ne serait-ce qu’une inflexion du cap politique.

Malgré la mise en scène, le faux suspense et l’agitation médiatique, la nomination de Gabriel Attal n’est pas un événement politique. Plus grave, il n’est pas vécu comme tel par les Français, qui regardent cela avec indifférence. Même leur détestation, les Français la réservent au président. Le macronisme comme le stade ultime de la personnalisation du pouvoir a théorisé la non-nécessité d’une colonne vertébrale idéologique, si ce n’est celle de l’argent et du business.

La conséquence est que les différents gouvernements qui se succèdent ne sont que des groupes d’exécutants composés en grande partie d’illustres inconnus interchangeables et sans assise politique.

Cette indifférence marque l’obsolescence de la Ve République.

En 2017, on aurait pu penser qu’il s’agissait de la volonté de faire émerger un nouveau monde politique. En 2024, cela signe l’échec d’une implantation territoriale. On peut déjà parier que vont sortir du gouvernement des ministres dont personne n’avait remarqué l’entrée. Et que vont y entrer des ministres qui ne survivront pas aux élections européennes. Si cette indifférence marque l’obsolescence de la Ve République, elle n’est pas sans danger pour les prochaines échéances électorales. Chaque scrutin étant de plus en plus réduit à un simple référendum sur le président.

 

Partager l'article :

Les dernières actus

URGENCE CLIMAT : LE PLAN DU PCF

Environnement Le jeudi 23 mai, au Petit Louvre, Amar Bellal, responsable de la commission Écologie du PCF et rédacteur en chef de la revue Progressistes présentera le Plan Climat dont il est le coordinateur. Une...

LE DÉBAT AUBOIS

Élections européennes Les partis politiques étaient invités mardi dernier par le mouvement Européen de l’Aube à débattre de leurs programmes pour l’Europe. C’est donc quasiment tout le microcosme politique local ( La France Insoumise a...

DENTIFRICE

L’Histoire fourmille d'événements surgis d’on ne sait où et qui mènent vers l’imprévu. L'agitation sur les campus français en 1968 a débuté par une revendication de mixité des dortoirs estudiantins. La contestation dans les universités...

LE BRUIT DES BOTTES N’EST PAS LOIN

Par Camille Lainé Ce n’est pourtant pas un cauchemar bien que cela y ressemble : ce samedi 11 mai, une marche néonazie a été autorisée à Paris réunissant des groupuscules d’extrême droite dont le GUD...
1 2 3 334

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2024 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram