L'ORDRE, MAIS QUEL ORDRE ?

L'ORDRE, MAIS QUEL ORDRE ?

28 juillet 2023
Catégorie(s) :

Politique

« Les propos du directeur général de la police nationale - "Avant un éventuel procès, un policier n'a pas sa place en prison"-, à la suite de l’incarcération d’un policier accusé de violences sur un jeune Marseillais, sont inadmissibles. Elles ne sauraient être laissées sans réaction dans notre République, fondée sur le respect de l’État de droit et de la séparation des pouvoirs. »

« La prise de position du premier responsable de nos forces de police, suivie de celle du préfet de police de Paris, loin de permettre le rassemblement de la nation en des heures difficiles, ouvrent la voie à toutes les surenchères. Seuls les pires ennemis de la démocratie en tireront avantage. Déjà, le communiqué des syndicats Alliance et Unsa-Police avait manifesté l’existence de tentations séditieuses dans une partie de l’institution policière. Les déclarations de deux des plus hauts responsables de la police nationale les aggravent.

Nous sommes conscients des difficultés qu’affrontent les policiers, au quotidien, du fait notamment d’une politique gouvernementale qui creuse profondément les fractures de notre société. Comme l’immense majorité des Français et des Françaises, nous les soutenons lorsqu’ils doivent mener des missions essentielles à la protection de nos concitoyennes et concitoyens. Mais nous attendons aussi de nos forces de sécurité et de leur hiérarchie qu’elles respectent les règles liées à leur fonction. Les cas de violences policières comme de racisme n'ont pas leur place dans notre police nationale.

C’est pourquoi ce travail difficile, indissociable d’un devoir d’exemplarité de tous les policiers, ne saurait justifier que de hauts fonctionnaires, rompant avec leur obligation de réserve, prétendent dicter ses décisions à la justice. Nul citoyen ne saurait se placer au-dessus des lois de la République. »

Ce communiqué du PCF évoque le potentiel politique délétère des déclarations du responsable de la police et du préfet : ouvrir « la voie aux surenchères » venant des « pires ennemis de la démocratie ».

Repasser des « forces de l'ordre » aux « gardiens de la paix »

L'Histoire nous le montre : les régimes fascistes commencent par donner à la police des pouvoirs spéciaux destinés à mater toute forme de rébellion ou même de contestation. Mussolini avait d'ailleurs presque entièrement éradiqué la Mafia en 1943, non pas par morale, même pas pour lutter contre l'économie parallèle, mais parce qu'il ne pouvait pas y avoir à ses yeux d'autre pouvoir, d'autre ordre dans l'État que ceux qu'il avait mis en place. Et ce pouvoir policier passait par la légitimité de la violence, des assassinats, en particulier politiques, puisque la finalité était l'ordre.

Il ne serait donc pas inutile de repasser des « forces de l'ordre » aux « gardiens de la paix » car les mots ont un sens et en ces temps troublés très propices aux tentations politiques autoritaires, il est bon de rappeler, puisque nous sommes encore en démocratie, que nul n'est au-dessus de la loi et que la paix sociale ne s'obtient pas par un ordre forcé.

 

Partager l'article :

Les dernières actus

LES PAS TRIOMPHANTS DE MANOUCHIAN

Panthéonisation Missak Manouchian a intégré mercredi le temple républicain, avec son épouse Mélinée, quatre-vingts ans après avoir été fusillé par les nazis. Avec lui, c’est toute la Résistance communiste et étrangère qui se voit honorée...

LE LIEN PARTICULIER DES COMMUNISTES AUBOIS AVEC CET ÉVÉNEMENT

Outre la cérémonie officielle organisé par L’ANACR devant le monument de la Résistance et de la déportation à Troyes, où la fédération de l’Aube a déposé une gerbe, les communistes aubois ont souhaité s’inscrire dans...

EXPOSITION

Missak MANOUCHIAN à la Fédération de l’Aube du PCF Jusqu’au 9 mars du lundi au vendredi de 10H à 18H

CHAROGNE

Épilogue du feuilleton Bygmalion. L’histoire d’une campagne électorale qui a coûté beaucoup trop cher pour un candidat dont la Justice dit qu’il ne pouvait ignorer une telle sortie de route. L’histoire d’une élection coup de...
1 2 3 305

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2024 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram