N'OUBLIONS PAS LE 14 JUILLET 1953 !
Le cortège du MTLD le 14 juillet 1953. Paris. - Mémoires d’Humanité/Archives départementales de la Seine-Saint-Denis.

N'OUBLIONS PAS LE 14 JUILLET 1953 !

21 juillet 2023
Catégorie(s) :

Mémoire

Le 13 juillet 2023 le PCF a déposé une gerbe devant la plaque commémorant le crime d'État du 14 juillet 1953, place de la Nation à Paris.

Depuis 1935, toute la gauche politique et syndicale manifeste le 14 Juillet pour honorer la Révolution française et faire part de ses revendications, un peu comme un 1er Mai. Après la guerre cela repart et à partir de 1950, avec leurs propres revendications, les nationalistes algériens du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD), vitrine légale du Parti du peuple algérien, décident de se joindre aux défilés du mouvement ouvrier français.

Une manifestation pacifiste

Les manifestants estimés entre 16 000 et 20 000, dont 6 000 à 8 000 Algériens, défilent avec musique et danses. Dans la manifestation, on entend les slogans : « Libérez Henri Martin ! » ou « Paix en Indochine ! ». Des perturbateurs d'extrême droite, dont des parachutistes, sont repoussés. Les Algériens défilent derrière le portrait de leur dirigeant Messali Hadj et sont encadrés par un service d’ordre repérable à ses brassards verts.

Alors que le cortège arrive place de la Nation, où la manifestation prend fin, la police charge les Algériens pour essayer de retirer le portrait, en tête de leur défilé, mais ils ne se laissent pas faire et se servent des barrières de sécurité pour se défendre. Les policiers, en nombre inférieur, sortent alors leurs armes et tirent. En moins d'une demi-heure il y a des dizaines de blessés et sept morts. Six Algériens et un Français, membre du service d'ordre de la CGT.

Simulacre de procès

Le juge qui menait l’instruction a écarté assez rapidement tous les témoignages des manifestants en disant qu’ils étaient confus. En revanche, il prend tous ceux des policiers en relevant uniquement les aspects d’agression de la part des Algériens. Dans le débat public du 16 juillet 53 à l'Assemblée nationale, les Algériens ne sont pas accusés d’avoir utilisé des armes à feu, mais le ministre de l'Intérieur ose reprendre la formule d'un des policiers :« Si leurs yeux avaient été des mitraillettes, nous aurions été tués », pensant justifier ainsi la légitime défense... Albert Camus écrivit à ce propos : « les victimes du 14 juillet ont été un peu tuées aussi par un racisme qui n’ose pas dire son nom ».

Aujourd'hui, alors que l'extrême droite multiplie les appels à la haine contre les migrants et nos compatriotes d'origine étrangère, le PCF n'entend pas laisser l'oubli s'installer, car le racisme et la xénophobie conduisent au crime.

 

 

Partager l'article :

Les dernières actus

LES ÉLU.ES DE GAUCHE S’ADRESSENT AU MINISTRE DE LA SANTÉ

Romilly - Clinique Pays de Seine Face à l’inquiétude provoquée par l’annonce de la mise en redressement judiciaire de la Clinique Pays de Seine, et l’ouverture de l’appel d’offre à reprise, les Élu.es du groupe...

KURDISTAN : UNE RÉVOLUTION DE FEMMES

Journée internationale de lutte pour les droits des femmes Dans le cadre de la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes, nous avons échangé avec la porte-parole du Conseil Démocratique Kurde-France (CDK-F), Berivan...

SI NON VIS PACEM*...

E. Macron, qui se rêve stratège à longue portée, avait déjà proposé en octobre 23, à Jérusalem, la création d'une coalition régionale et internationale pour « lutter » contre le Hamas. Aucun succès. Il vient...
1 2 3 307

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2024 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram