CHANGEMENT DE CAP

CHANGEMENT DE CAP

14 juillet 2023
Catégorie(s) :

International

La politique étrangère d’Emmanuel Macron semble être l’un des mystères les plus épais de la géopolitique mondiale. Il y a un an, le chef de l’État appelait à ne pas « humilier la Russie ».

À la veille du sommet de l’Otan, qui s’est ouvert à Vilnius, il se montrait l’avocat le plus zélé d’une adhésion de l’Ukraine à l’organisation atlantiste, survivance de la guerre froide, ce qui reviendrait précisément, si ce n’est à humilier Moscou, tout au moins à lui donner le sentiment de l’acculer. Ce changement de pied radical s’applique également à l’Union européenne - avec cet appel à « accélérer » l’adhésion de l’Ukraine -, en rupture avec l’attitude des présidents français depuis la chute du mur de Berlin.

l’action diplomatique contrainte par le choix de Nicolas Sarkozy

Cela relève-t-il du changement de cap ou de la navigation à vue ? Nouvelle stratégie ou adaptation tactique ? S’il faut attendre les prochaines sorties présidentielles pour s’en assurer, on sait d’ores et déjà que le cadre de l’action diplomatique ne changera pas et que cette dernière demeurera contrainte par le choix de Nicolas Sarkozy du retour de la France au sein du commandement intégré de l’Otan. Le pari du très atlantiste ancien président s’est transformé en quadrature du cercle. Peser à l’intérieur d’une organisation créée et modelée pour les intérêts hégémoniques, donc non pacifiques de Washington, s’avère impossible. Si Emmanuel Macron prétend entretenir une forme d’indépendance sur la scène internationale, celle-ci vire plus souvent au solo qu’à la mise en musique d’une alternative.

Des présidents nationalistes pour célébrer la chute de la Bastille

Il faut ajouter une touche propre à Emmanuel Macron : une espèce d’illusion trumpiste de la diplomatie personnelle. Comme si la dimension relationnelle allait amoindrir, voire effacer les intérêts stratégiques de pays. Ainsi, après Donald Trump, Narendra Modi - le premier ministre indien - est l’invité d’honneur du défilé militaire du 14 Juillet. Des présidents nationalistes pour célébrer la chute de la Bastille : peu importe la symbolique, l’Élysée se targue de « parler à tout le monde ». On peut lui opposer deux questions simples : pour dire quoi ? Et pour quel impact ? Le mystère reste entier.

 

 

Partager l'article :

Les dernières actus

LA GAUCHE ACCROCHE L’ESPOIR AU PERCHOIR ?

Assemblée nationale À l’heure où nous écrivions ces lignes, nous ne connaissions pas l’issue du vote pour la présidence de l’Assemblée nationale, mais en s’entendant sur la candidature du communiste André Chassaigne au Perchoir, la...

LA DÉMOCRATIE MALADE

International - États-Unis La tentative d’assassinat contre l’ancien président des États-Unis le renforce dans son plan de reconquête de la magistrature suprême, au moment où les démocrates présentent un candidat affaibli et une stratégie anti-trumpiste...

« DÛT-IL Y PÉRIR »

Au Moyen-Âge, l'Église qui donnait le rythme du temps de travail, rendait obligatoire le repos dominical pour pouvoir (en fait, devoir) aller à la messe. Et s'y ajoutaient les fêtes religieuses. Et gare à ceux...
1 2 3 350

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2024 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram