VIOLENCE DU CAPITAL

VIOLENCE DU CAPITAL

31 mars 2023
Catégorie(s) :

« La Commune fut dans son essence[...] la première grande bataille rangée du Travail contre le Capital. Et c'est même parce qu'elle fut cela avant tout […] qu'elle fut vaincue et que, vaincue, elle fut égorgée » écrit Jaurès, soulignant l'acharnement à vouloir exterminer les Communards, parce qu'ils voulaient, entre autres, fixer des règles au travail et donc au profit, et viser l'émancipation et la justice sociale.

La répression exercée par les forces de l'ordre dans les manifestations contre la réforme des retraites vient d'être condamnée par la commissaire aux Droits de l'Homme du Conseil de l'Europe pour « usage excessif de la force ». Mais pourquoi cette violence dans la répression ? Si E. Macron jugeait la réforme des retraites comme « la mère des réformes », c'est parce qu'elle devait mécaniquement ouvrir au capital privé un système sur lequel le gouvernement n'a pas encore la main, puisque les retraites sont financées non par l'impôt mais par la cotisation. En fixant la retraite à 64 ans, dans un contexte où celui ou celle qui travaille est sans cesse soumis.e à l'augmentation de sa productivité, à la précarité de son emploi - car même en CDI le licenciement est facilité -, on aboutira au désespoir, au chômage, à une espérance de vie diminuée ou, pour ceux qui en auront les moyens, à la complémentaire privée dès le début de la carrière professionnelle. Une manne pour le Capital, qui pourra aussi faire baisser les salaires grâce à l'énorme « armée de réserve ».

La répression ultra-violente de Sainte-Soline a les mêmes raisons : le modèle industriel principalement exportateur de quelques grosses exploitations agricoles voit financer par l'argent public la création de méga-bassines, contre toute raison écologique et climatique. C'est le premier acte de la scandaleuse privatisation du droit à l'eau, si prometteuse avec la sécheresse annoncée. Le Capital est impitoyable, E. Macron monte la garde.

 

Partager l'article :

Les dernières actus

LE PCF PRÉSENTE SON PLAN CLIMAT

Urgence climatique Investissement conséquent dans les énergies renouvelables, relance massive du nucléaire, agriculture raisonnée, primauté du transport en commun, zéro artificialisation nette des sols, nouvelles filières industrielles pour la transition énergétique, pôle public financier permettant...

TCM NE COCHE PAS BEAUCOUP DE CASES !

Climat : les mauvais élèves de l’Aube - Troyes Champagne Métropole - Décarbonation Atteindre la neutralité carbone en 2050, comme le préconise le GIEC et la loi climat nécessite, c’est une évidence, l’engagement des collectivités...

CHAUFFE MARCEL !

Climat : Les mauvais élèves de l'Aube - Romilly sur Seine Un « poumon vert » annoncé depuis 2019 au lieu-dit « Le Petit Trou du Chêne », mais le dossier « demande à être...

EMPREINTE 2050, EXTRAITS...

Transports, logement, industrie, agriculture… Tous les secteurs économiques sont concernés par le plan climat du PCF. « Empreinte 2050 » montre que l’on peut atteindre les transformations économiques, sociales et culturelles qu’impose la neutralité carbone...
1 2 3 276

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2023 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram