DE BRET À DUSSOPT, LE LONG CHEMIN DE CROIX DU PS

DE BRET À DUSSOPT, LE LONG CHEMIN DE CROIX DU PS

27 janvier 2023
Catégorie(s) :

Congrès du Parti Socialiste

À la faveur du congrès du Parti Socialiste et de la lecture croisée d’un portrait d’un ex socialiste devenu ministre du travail du gouvernement actuel, je me dis qu’en politique il y a des retournements de veste mémorables et des trahisons dont nos ami-es socialistes se sont fait une spécialité. Les communistes en ont souvent été les principales victimes politiques.

Celle d’Olivier Dussopt, actuel Ministre du travail du gouvernement Macron et il y a peu député « frondeur », s’il vous plaît, du Parti socialiste est sans doute une des plus spectaculaires. Au point de faire l’objet d’une pleine page dans le journal L’Humanité avec en titre « Le zèle du parvenu ». Oui ça fait mal, mais c’est mérité. Car celui qui met toujours en avant sa « famille ouvrière » et ses « origines modestes » comme si cela était un sésame pour mieux trahir les siens est aujourd’hui le plus fervent défenseur de la réforme des retraites du gouvernement Macron : celle qui veut nous voler nos meilleures années de retraite en repoussant l’âge légal de départ à 64 ans… pour l’instant.

Son retournement de veste supersonique alla même jusqu’à surprendre les éléphants du PS pourtant rompus à l’exercice ! Le 21 novembre 2017, celui qui est encore député PS vote contre le premier budget Macron. Trois jours plus tard, il entre au gouvernement et se retrouve sur les bancs des ministres pour défendre exactement le même budget. Un texte de loi qui, déjà, faisait les poches du plus grand nombre afin de financer les cadeaux aux plus riches, avec la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF).

Trois ans plus tôt, Olivier Dussopt traitait pourtant Emmanuel Macron de « connard » sur Europe 1. C’était en 2014. Le futur président, ministre de l’Économie de François Hollande, venait de qualifier d’« illettrées » les ouvrières de Gad. « Ma mère est ouvrière, n’a pas de diplôme et a été licenciée à deux reprises. Vous l’avez insultée ce matin », dénonçait le député avec émotion.

À quel moment était-il sincère ? s’interroge L’humanité

C’est que le tableau de chasse d’Olivier Dussopt commence à se garnir. Avec toujours la même cible : un État social à abattre. En 2019, il s’attaque de front aux fonctionnaires et aux services publics en autorisant le recrutement massif de contractuels de droit privé afin d’éteindre peu à peu les statuts de la fonction publique et les garanties qui vont avec. En 2022, il purge comme jamais les droits liés à l’assurance-chômage, réduisant drastiquement les montants et les durées d’indemnisation. Les seniors sans emploi qui devront en chercher un deux années de plus, entre 62 et 64 ans, peuvent déjà le remercier.

Nos petites trahisons locales

On a les mêmes à la maison pourrait-on dire. Car dans l’Aube on regorge aussi de retournements de veste et pas que chez les socialistes. Nos ami-es les Verts ont une fâcheuse tendance à céder également à l’appel de la soupe. Baroin l’a bien compris, il compte désormais dans sa cour quelques écolos de la première heure désormais convertis au capitalisme vert… Et bien entendu celui qui a toujours l’audace de se classer divers gauches au conseil départemental : l’ineffable Marc Bret !

Souvenez-vous : l’ancien leader socialiste aubois avait obtenu la confiance de la gauche aux municipales de 2001 pour mener une liste de rassemblement face au jeune loup de l’UMP : F. Baroin…qu’il avait rejoint en 2008, sans sourciller avec armes et bagages pour devenir le Maire Adjoint de celui qui était devenu entre-temps un ponte national du parti chiraquien…

La trahison jusqu’à la lie

M. Bret, c’est à peine croyable, reste toujours une référence pour certains socialistes aubois. On comprend mieux la détresse idéologique de ce parti. Marc Bret a pourtant décidé de quitter la scène politique en beauté. Aux dernières élections départementales il a choisi le Maire LR de St Julien Les Villas comme suppléant. Ce dernier lui succédera donc au conseil départemental le moment voulu. La boucle est bouclée !!

Au Panthéon aubois des trahisons politiques il tiendrait sans doute la tête en compagnie du maître en la matière : l’ancien Maire socialiste de Romilly, l’épouvantable Cartelet qui arracha la Mairie aux communistes en collaboration avec la droite, qui à l’époque n’était qu’une force marginale dans cette ville ouvrière. Pour ensuite livrer cette ville sur un tapis rouge, au Maire actuel Les Républicains, E. Vuillemin.

Lorsque je vois l’état de la gauche auboise, je me dis que ces deux-là auront marqué de leur traîtrise la vie politique auboise et avec elle les conditions de vie de milliers de familles auboises obligées de subir les choix libéraux et réactionnaires de l’océan de droite et d’extrême droite qu’est devenu le département de l’Aube.

Même la rose artificielle s’est fânée

Sans doute faut-il chercher les dérives idéologiques du PS dans ses fameuses « synthèse » de congrès où F. Hollande alors premier secrétaire excellait. Des motions politiques souvent aux antipodes l’une de l’autres et qui à la grâce de petites manoeuvres politiques dont les leaders des courants socialistes avaient le secret, pouvaient au final accoucher d’une ligne politique où le pire était sous couvert. L’opportunisme des uns et des autres faisant le reste.

Nos ami-es socialistes aubois, il en reste encore de conviction, paient sans doute au comptant cette époque que nous leur souhaitons révolue, où n’importe quel opportuniste pouvait se dire socialiste. Dans l’Aube la note est salée. Le congrès du PS, nous apprend qu’il ne reste que 39 cotisants socialistes dans la fédération et que 19 seulement ont voté. Même la rose artificielle qui avait remplacé l’original depuis longtemps a fini par fâner.

 

 

Partager l'article :

Les dernières actus

LES LIBÉRAUX S’EN PRENNENT TOUJOURS AUX MÊMES : LES PLUS PRÉCARISÉS !

Assurance chômage Par Camille Lainé Nous avions déjà abordé le sujet il y a quelques semaines dans nos colonnes, mais le gouvernement Attal s’en prend frontalement aux chômeurs. Là encore, toujours rien face à l’évasion...

MANDAT D’ARRÊT CONTRE NETANYAHOU ?

International Lundi 20 mai, Karim Khan, procureur de la Cour Pénale Internationale a réclamé un mandat d’arrêt contre Benyamin Netanyahou et son ministre de la défense Yoav Gallant. Le magistrat a déclaré avoir « des...

AUTODÉTERMINATION

L'ambassadeur de Cuba en France, lors de la Conférence pour la paix au siège du PCF, a rappelé que l'autodétermination a été LA décision qui a entraîné le blocus : il était impensable pour les...
1 2 3 336

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2024 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram