NOUVEL ASSASSINAT CONTRE LES KURDES

NOUVEL ASSASSINAT CONTRE LES KURDES

30 décembre 2022
Catégorie(s) :

International

Dix ans après le triple assassinat de militantes, une nouvelle fois les Kurdes ont été frappés en plein Paris, au siège du CDK-F (Centre Démocratique des Kurdes de France ), où ils étaient réunis afin de préparer le rassemblement prévu le 7 janvier pour leur rendre hommage.

Ils s’appelaient Emine Kara, Mir Perwer, Abdulrahman Kizil. Réfugiés dans notre pays, ils ont été froidement assassinés à la veille de Noël devant le centre culturel kurde Ahmet-Kaya, à Paris. Depuis, l’émoi est immense. La colère aussi. Ce crime perpétré par un raciste notoire et récidiviste a forcément une connotation politique, même si le gouvernement et la justice se gardent de qualifier de terroriste l’acte qui a une nouvelle fois frappé et endeuillé la communauté kurde. En janvier 2013 déjà, Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Söylemez étaient lâchement abattues dans la capitale. À ce jour, ces assassinats n’ont toujours pas été élucidés.

La France ne peut tolérer de tels agissements sur son sol, sauf à s’en rendre complice.

La responsabilité de l’État français est en jeu. Il ne peut se complaire dans l’inaction, voire dans les entraves. L’attentat de 2013 fait foi : il est toujours frappé du sceau du secret-défense. À l’époque, les autorités s’étaient pourtant engagées à faire toute la lumière sur cette tuerie. Dans les faits, elles n’ont jamais contribué à faciliter les investigations, de crainte de froisser le président turc, Recep Tayyip Erdogan.

Le réquisitoire du procureur de la République est pourtant clair quant à l’implication des services de renseignements turcs, le MIT, dans l’élaboration de ces meurtres. La France ne peut tolérer de tels agissements sur son sol, sauf à s’en rendre complice. L’histoire de la patrie des droits de l’homme est déjà trop entachée de crimes politiques non résolus en raison d’une duplicité intolérable. L’impunité a fait son temps, le secret-défense doit être immédiatement levé. Le président de la République appelle à faire de cette fin d’année « un temps de fraternité », à veiller « les uns sur les autres ». Nous le prenons au mot.

Les responsables de la communauté kurde n’ont de cesse d’alerter sur les menaces qui pèsent sur eux, la France doit les protéger. Des militants sur notre territoire et en Europe portent une cible dans le dos, la France ne peut laisser faire. Nous ne remercierons jamais assez les Kurdes pour le lourd tribut payé dans la lutte contre Daech.

À cet égard, Paris s’honorerait à retirer de la liste des organisations terroristes le PKK. Défendre leur combat, c’est aussi préserver notre liberté.

Partager l'article :

Les dernières actus

LES ÉLU.ES DE GAUCHE S’ADRESSENT AU MINISTRE DE LA SANTÉ

Romilly - Clinique Pays de Seine Face à l’inquiétude provoquée par l’annonce de la mise en redressement judiciaire de la Clinique Pays de Seine, et l’ouverture de l’appel d’offre à reprise, les Élu.es du groupe...

KURDISTAN : UNE RÉVOLUTION DE FEMMES

Journée internationale de lutte pour les droits des femmes Dans le cadre de la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes, nous avons échangé avec la porte-parole du Conseil Démocratique Kurde-France (CDK-F), Berivan...

SI NON VIS PACEM*...

E. Macron, qui se rêve stratège à longue portée, avait déjà proposé en octobre 23, à Jérusalem, la création d'une coalition régionale et internationale pour « lutter » contre le Hamas. Aucun succès. Il vient...
1 2 3 307

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2024 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram