LE « SCORE DE RISQUE »

LE « SCORE DE RISQUE »

16 décembre 2022
par Remi
Catégorie(s) :

Depuis 2010, sous le manteau, la CAF attribue aux allocataires une « note » de risque de fraude. Un employé lanceur d’alerte vient de déballer le fromage qui pue. La technique, nommée « datamining » (littéralement creusement de données), est du même jus que celle à usage mercantile où des opérateurs vendent - à prix d’or - leurs données brutes, ensuite « creusées », décortiquées, pour établir des profils psychologiques et comportementaux de consommateurs en puissance qui seront cibles d’offres en tous genres… Dans le meilleur des cas.

Ne riez pas ! C’est Sarkozy qui a donné le coup de sifflet officiel de ce profilage systématisé. « C’est la fraude qui mine les fondements même de [la] République sociale… », a-t-il à l’époque dit à Bordeaux. Le « score de risque » de fraude est calculé par un algorithme avec dans ses critères que plus quelqu’un est précaire, plus il est « à risque ». Double peine. Et une machine, c’est con. Une erreur, une omission voire une mauvaise manip’ et patatras ! le « score de risque » vire au rouge. On n’est plus là pour aider les gens, mais pour faire du chiffre, poursuit l’employé de la CAF, qui ajoute que la prime d’intéressement du personnel est aussi évaluée sur une bonne ou mauvaise battue aux fraudeurs.

Parlons donc concret. En 2021, chiffres de la Cour des Comptes, la fraude a représenté 0,39% de l’ensemble des prestations de cet organisme, soit 309 millions d’euros. Loin des 80 à 100 milliards (partie émergée) de la fraude fiscale des milliardaires et entreprises implantées en France ! Et les 4 millions versés par la CAF à McKinsey pour remettre d’aplomb un système informatique qui, confirment toujours les personnels, « ne tient plus » et rame entre bug national gravissime* (juin 2022), « anomalies » au détriment des allocataires, « maintenances » à gogo et limitations d’accès ?

Cet espionnage "préventif " n’est pas sans évoquer une nouvelle de Philip K. Dick, « Le rapport minoritaire » (1956) où trois voyants connectés à des machines informent la police de crimes à venir. Jusqu’au jour où l’un d’entre eux infirme la prédiction…

(*) En juin 2022 (après octobre 2021), un bogue national de deux jours, plus une faille de sécurité a vu des usagers avoir involontairement accès aux données d’autres personnes et de pouvoir les modifier. Après avoir un temps démenti l’information confirmée par diverses sources, la CAF a neutralisé les opérations de cette période et dit avoir contacté toutes les personnes potentiellement concernées.

 

Partager l'article :

Les dernières actus

URGENCE CLIMAT : LE PLAN DU PCF

Environnement Le jeudi 23 mai, au Petit Louvre, Amar Bellal, responsable de la commission Écologie du PCF et rédacteur en chef de la revue Progressistes présentera le Plan Climat dont il est le coordinateur. Une...

LE DÉBAT AUBOIS

Élections européennes Les partis politiques étaient invités mardi dernier par le mouvement Européen de l’Aube à débattre de leurs programmes pour l’Europe. C’est donc quasiment tout le microcosme politique local ( La France Insoumise a...

DENTIFRICE

L’Histoire fourmille d'événements surgis d’on ne sait où et qui mènent vers l’imprévu. L'agitation sur les campus français en 1968 a débuté par une revendication de mixité des dortoirs estudiantins. La contestation dans les universités...

LE BRUIT DES BOTTES N’EST PAS LOIN

Par Camille Lainé Ce n’est pourtant pas un cauchemar bien que cela y ressemble : ce samedi 11 mai, une marche néonazie a été autorisée à Paris réunissant des groupuscules d’extrême droite dont le GUD...
1 2 3 334

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2024 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram