UN ÉCOCINÉ À PONT-SAINTE-MARIE
Le cinema UTOPIA va ouvrir ses portes, il est situé 11 rue du Moulinet à Pont Ste Marie.

UN ÉCOCINÉ À PONT-SAINTE-MARIE

2 décembre 2022
Catégorie(s) :

Aube - culture

Le cinéma UTOPIA va ouvrir ses portes en décembre à Pont-Sainte-Marie. Il y a bien longtemps que les cinéphiles attendaient cette ouverture. Une association (ARCEAU) avait vu le jour en 2018 grâce à la volonté et à l’opiniâtreté de notre camarade Anna Zajac, Conseillère municipale à TROYES.

Anna Zajac avait en quelque sorte labouré le terrain. Avec son « collectif de soutien pour l’implantation d’un cinéma d’art et d’essai ». L’association compte une centaine d’adhérents qui ont des projets culturels assez étendus.

Ils ont participé de façon importante à la collecte de fonds pour aider à la construction de ce cinéma. Je me souviens d’une initiative originale qui a consisté à solliciter les artistes peintres locaux sous la houlette de Béatrice Tabah. La vente aux enchères de leurs oeuvres a permis d’amender la collecte. Le cinéma a pu se construire dans un terrain offert (1) sous bail emphytéotique, par le maire de Pont Sainte Marie, Pascal Landréat qui s’est enthousiasmé pour ce projet. Cela lui permet en outre d’élargir son offre culturelle dans sa ville.

En quoi est-ce projet est innovant ?

Madame Anne Faucon qui porte à peu près seule ce projet sur ses épaules explique que c’est une véritable aventure qui a pris une direction totalement écologique, des murs en bois, de la paille pour l’isolation, des toits recouverts de panneaux photovoltaïques, poêle biomasse, des projecteurs laser à faible consommation, un récupérateur d’eau de pluie, un espace de compostage, des toilettes sèches ! On peut dire que c’est le premier cinéma 100 % écologique, un écociné décarboné qui
va ouvrir ses portes en décembre. Ce cinéma, nouvelle formule, qui « passe au vert », fait partie du réseau indépendant UTOPIA qui fonctionne déjà à Avignon, Bordeaux, Saint-Ouen, Toulouse et maintenant Pont Sainte-Marie.

Comment ça marche ?

Quatre salles de 300 places au total accueilleront le public. Une de ces salles sera réservé à l'éducation à l'image pour les scolaires. Il y aura pour les visiteurs frileux un coin cheminée, un bistrot à l’ancienne et surtout pas de banque à confiserie. Et donc, rien à voir avec les grandes structures multiplexes, c’est plutôt le cinéma de
papa à taille humaine, convivial à souhait, qui permet les discussions avant et après la séance.

Nous espérons bien sûr que le cinéma UTOPIA coopère avec les associations et les collectivités pour permettre d’étendre le champ de l’offre cinématographique ainsi que celui des animations culturelles.

(1) Construit sur l’emplacement du camp militaire du Moulinet qui a vu l’arrivée des réfugiés espagnols en 1939 puis l’enfermement des prisonniers de guerre français.

NOTE ÉCONOMIQUE :

Anne Faucon a bouclé, tant bien que mal, le budget de 2,5 millions d’euros nécessaire à la construction de ce cinéma. Aux 60 % de fonds privés ( emprunts bancaires et campagne de financement participatif ) s’ajoutent 300 000 euros du Fonds européen de développement régional, 200 000 euros du Conseil départemental et 100 000 euros du Centre national du cinéma et de l’image animée.

Cerise sur le gâteau, le projet a remporté, en 2020, le prix Entreprendre dans la culture, organisé par l’Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles et le ministère de la culture.

 

 

 

Partager l'article :

Les dernières actus

L’AUBE QUI A FAIM

Pauvreté - Pouvoir d’achat Dans les ombres de la sérénité champenoise, le département de l’Aube résonne d’une réalité souvent occultée : la pauvreté. Les ruelles de Troyes ne racontent pas seulement l’histoire médiévale, mais aussi...

PAUVRES TROYENS

Pauvreté - Pouvoir d'achat Avec un taux de pauvreté de 16.2% la misère dans l’Aube est encore plus forte qu’au niveau national (14.5%). L’essence même de la politique locale est d’agir afin de gommer un...

QUESTION DE POINT DE VUE

De toutes les motivations à refuser la réforme des retraites, la peur de la précarité en fin de carrière était la plus importante. Les salariés savaient très bien qu'à 55 ans s'ouvrait une période incertaine...

RELAXATOR

Éric Dupond-Moretti a sauvé son maroquin. Jugé pour prises illégales d'intérêts, relaxé, il reste ministre de la Justice, comme l'a confirmé E. Borne, accourue toutes affaires cessantes le féliciter et se faire tirer le portrait...
1 2 3 282

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2023 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram