24 H SUR LE MÊME BRANCARD !

24 H SUR LE MÊME BRANCARD !

23 septembre 2022
par 
Catégorie(s) :

Santé - hôpitaux

Madeleine Riffaud est aveugle. Mais elle voit bien mieux que beaucoup. Dans une lettre bouleversante adressée au directeur de l’AP-HP la résistante de 98 ans, atteinte d’un Covid long, décrit sa prise en charge chaotique aux urgences de l’hôpital Lariboisière.

Vingt-quatre heures sur le même brancard, des infirmières débordées qui distribuent des « j’arrive » sans jamais arriver, pas de nourriture, un demi-verre d’eau tiède après douze heures d’attente, aucune explication, aucun contact avec ses proches, la sensation d’être laissée à l’abandon… En 1974, l’ancienne reporter de l’Humanité s’était immergée dans le quotidien des aides-soignantes d’un hôpital parisien, raconté dans les Linges de la nuit. Cinquante ans plus tard, sa plume révoltée constate les mêmes problèmes : « Manque de personnel qualifié, manque de crédit… » L’histoire se répète, mais cette fois dans le tragique.

Madeleine Riffaud est aveugle. Mais si cécité il y a, elle est du côté de ceux qui ont, à tour de rôle, dégradé le service public hospitalier, y instillant des logiques de restriction budgétaire, de rentabilité, en lieu et place d’investissements indispensables. Les vagues successives de Covid ont fait le reste.

Essoré, le personnel - celui qui n’a pas démissionné - ressort d’un été épouvantable : faute de praticiens et de lits suffisants, 42 établissements ont été contraints de fermer leurs urgences la nuit. Les 19 milliards d’euros du Ségur de la santé ? Une goutte d’eau, loin de restaurer l’attractivité d’un secteur aux abois.

Madeleine Riffaud est aveugle. Mais elle a une voix qui tonne encore, parle pour des millions d’autres. Une voix qui témoigne de la déshumanisation d’un lieu où le souci du soin devrait primer sur tout, là où patients et personnels sont aujourd’hui en souffrance.

Alors que le budget de la Sécurité sociale est présenté, lundi, en Conseil des ministres, les syndicats appellent, ce jeudi, à une nouvelle journée d’action. Et suggèrent aux malades maltraités de porter plainte . Manière d’obliger le gouvernement à prendre en compte la gravité de la situation. Et à ne plus fermer les yeux.

 

Partager l'article :

Les dernières actus

MON LOGIS EXASPÈRE SES LOCATAIRES

St André-Les-Vergers - quartier Maugout - Ravel Des femmes, beaucoup de femmes exaspérées par les conditions de logement indignes qu’elles subissent parfois depuis des années. Des témoignages poignants de locataires qui n’en peuvent plus de...

24 H SUR LE MÊME BRANCARD !

Santé - hôpitaux Madeleine Riffaud est aveugle. Mais elle voit bien mieux que beaucoup. Dans une lettre bouleversante adressée au directeur de l’AP-HP la résistante de 98 ans, atteinte d’un Covid long, décrit sa prise...

ENVOYEZ-LUI VOS FACTURES !

Des dizaines de milliers de britanniques ont dit qu’ils cesseront le 1er octobre de payer leurs factures de gaz et d’électricité. À cette date, les prix auront quasiment triplé en un an. Les compagnies brandissent...

ALLER EN TRAIN... RETOUR EN BUS !!

Inauguration de l’électrification Paris - Nogent S/Seine Ah l’électrification de la ligne 4 ! Un serpent de mer qui alimente le microcosme politique local depuis trois décennies et qui vient de voir enfin sa concrétisation...
1 2 3 148

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2022 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram