QUESTION DE MODULATION

16 septembre 2022
par 
Catégorie(s) :

Vigilance rouge pour les chômeurs. Déjà qu’ils doivent se gaver de cachets d’iode tant ils sont exposés aux radiations ! Les têtes de lard qui refusent de traverser la rue pour s’uberiser : paf !

Une nouvelle réforme, tout droit sortie, comme les précédentes, des tiroirs du Medef, est annoncée : « moduler » les indemnités « en fonction de la situation du marché du travail ». Des pelletées d’offres resteraient en tas. Pourquoi ? On ne le dit pas, mais c’est simple : pingrerie salariale contre « grande disponibilité ». Ce qui signifie des horaires à la con, week-ends compris. À quoi s’ajoute souvent l’éloignement géographique entre l’habitat et le lieu du travail ; les frais y afférant étant pour la pomme du salarié. Sans oublier la garde des enfants que la « flexi-mobilité » transforme en quadrature du cercle, ni les micro-boulots d’un jour, deux, quelques heures même. Refus ? Paf !

On fit un temps le boniment pour l’auto-entreprise. Ou comment se mettre à soi-même des chaînes. La statistique indique que deux tiers ne passent pas le cap des deux ans. Une grande partie du troisième s’effeuille dans les bourrasques d’une concurrence féroce entre « petits patrons ». Retour à la case chômage.

« Moduler », en l’espèce, c’est ôter aux chômeurs une part des droits pour lesquels ils ont cotisé. On sait l’instabilité du « marché du travail » et comment le patronat l’a, de tous temps, tripatouillée dans son intérêt : « Le but principal de la bourgeoisie par rapport à l'ouvrier est […] d'obtenir le travail en tant que matière première au plus bas coût possible… » (K. Marx).

Pourquoi ne modulerait-on pas plutôt l’impôt sur les bénéfices des 40 du CAC en fonction de la situation du pays dont ils ne sont pas exempts de responsabilité ?...

Partager l'article :

Les dernières actus

LES AUBOIS SE MOBILISENT POUR L’AUGMENTATION DES SALAIRES ET DES RETRAITES

Aube - Politique C’est une journée que l’exécutif va scruter de près. Premier rendez-vous national de grèves et de manifestations pour la hausse des salaires et le pouvoir d’achat, le jeudi 29 septembre a donné...

AMIANTE : LA SNCF LOURDEMENT CONDAMNÉE !

Technicentre de Romilly-sur-Seine C’est la fin d’un marathon judiciaire pour près de 70 cheminots de la SNCF, embauchés au technicentre de Romilly-sur-Seine. Mercredi 14 septembre, la cour d’appel d’Amiens a mis un terme à 5...

Mon Logis

Non content d’exaspérer bon nombre de ses locataires des quartiers Maugout et Ravel de St André Les Vergers, en laissant des logements sans entretien et sans vrai chauffage, le bailleur a refusé de recevoir Jean...

GASPILLAGE

Au moment où les Iraniennes essaient de se libérer du joug religieux avec pour chant de ralliement Bella Ciao, les Italiens ont élu une admiratrice du Duce. Et l'UE dit seulement « la répression des...
1 2 3 151

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2022 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram