LIZ TRUSS, LA NOUVELLE DAME DE FER
Liz Truss, grande partisane du libre-échange et de la casse des services publics

LIZ TRUSS, LA NOUVELLE DAME DE FER

9 septembre 2022
par 
Catégorie(s) :

Royaume - Uni

Après sa désignation par les adhérents du Parti conservateur, la ministre de 47 ans va succéder à Boris Johnson à la tête du pays. Elle sera la quatrième Première ministre britannique depuis le référendum du Brexit en 2016, la troisième femme à ce poste après Margaret Thatcher et Theresa May dans l'histoire du Royaume-Uni.

Après une campagne très à droite, Liz Truss a été désignée ce 5 septembre par les 160 000 adhérents pour prendre la tête de Parti conservateur. Ce qui ouvre la voie à sa désignation comme première ministre, après la démission de Boris Johnson, le 7 juillet.

Sur le plan international, une ligne inquiétante

À 47 ans, Elizabeth Truss, née à Oxford, se présente en digne représentante de Margaret Thatcher, qui dirigea le Royaume-Uni entre 1979 et 1990. Un héritage assumé sur le plan de l’ultralibéralisme, puisque la ministre des Affaires étrangères s’affiche en grande partisane du libre-échange et d’une réduction des services publics. Les problèmes économiques viendraient des Britanniques qui ne travailleraient pas assez, a-t-elle déjà déclaré par le passé.

Sur le plan diplomatique, elle défend un ton atlantiste vis-à-vis de la Russie, en menaçant le pays d’appuyer sur le bouton nucléaire, et elle veut inclure la Chine dans la liste des « menaces officielles » pour la sécurité nationale britannique. Une ligne inquiétante qui la pousse à défendre des alliances avec les États-Unis, l’Australie et les membres du Commonwealth contre l’Union européenne.

Sa stratégie est d’avoir le soutien de l’aile droite des conservateurs. Étant donné le contexte social et économique, ce virage à droite assumé donne déjà une réelle idée de l’orientation du futur gouvernement. Le pays connaît une inflation de plus de 10 %, les factures énergétiques ont grimpé de 80 %. Les médias évoquent « la plus grave crise du niveau de vie depuis une génération ».

Une situation économique qui a poussé les syndicats de nombreux secteurs à multiplier les mouvements de grève, historiques, depuis le mois de juillet. Face à la crise énergétique qui s’annonce comme une urgence nationale, la future 1ere ministre est restée silencieuse. La députée de Thetford, au nord-est de Londres, a préféré dénoncer les subventions, car elle était contre l’« aumône ». L’augmentation des factures d’énergie expose des millions de ménages britanniques au risque d’une catastrophe hivernale. Selon le régulateur du marché du gaz et de l’électricité, le plafond des prix de l’énergie aura triplé en un an et les factures moyennes augmenteraient de 500 à 700 livres (818 euros) par mois ; 9 millions de personnes pourraient se retrouver en précarité énergétique.

Un cadeau aux géants des combustibles fossiles

La future première ministre évoque un plan de 50 milliards de réductions d’impôts et prévoit d’augmenter le forage pétrolier en mer du Nord. « Ce n’est pas un plan pour aider les payeurs de factures, mais un cadeau aux géants des combustibles fossiles qui gagnent déjà des milliards grâce à cette crise. Le nouveau pétrole et le gaz pourraient prendre un quart de siècle à être pompés, seront éventuellement vendus aux prix mondiaux et n’auront aucun impact réel sur les factures d’énergie, mais alimentent toujours la crise climatique », analyse le docteur Doug Parr, responsable scientifique chez Greenpeace.

Autre inquiétude : l’Irlande du Nord. Le projet de loi sur le protocole est rejeté par l’ancienne ministre des Affaires étrangères. Son futur gouvernement entend déclencher l’article 16, prévu entre l’Union européenne et la Grande-Bretagne dans le cadre du Brexit. Il permet à l’une ou l’autre des parties de prendre des mesures unilatérales si le protocole cause « de graves difficultés économiques, sociétales ou environnementales susceptibles de persister », ou un détournement de trafic. Le Sinn Féin a dénoncé des « menaces imprudentes » et un « mépris total du gouvernement britannique pour les souhaits démocratiques des personnes et des entreprises ici ». Liz Truss fait déjà l’unanimité contre elle.

 

 

Partager l'article :

Les dernières actus

UN ÉCOCINÉ À PONT-SAINTE-MARIE

Aube - culture Le cinéma UTOPIA va ouvrir ses portes en décembre à Pont-Sainte-Marie. Il y a bien longtemps que les cinéphiles attendaient cette ouverture. Une association (ARCEAU) avait vu le jour en 2018 grâce...

POUR GARANTIR L'ÉNERGIE À TOUS !

Services publics - Pouvoir d’achat L’accès à l’énergie est un droit vital pour vivre décemment, pouvoir se chauffer, se déplacer, se nourrir et produire de nouvelles richesses. L’énergie est, par conséquent, un bien commun de...

LE JOUR DE GLOIRE EST TARIFÉ

Les joueurs iraniens silencieux pendant l’hymne national en soutien aux victimes de la répression dans leur pays ; les Allemands se bâillonnent de la main pour protester contre la FIFA qui a interdit aux capitaines...

BRÈVES

SOIT DIT EN PASSANT... À Romilly viennent d’être plantés 65 arbres d’une première « micro-forêt ». Nos élus étaient présents à l’inauguration et ont même mis la main à la pelle. Rien à redire, sauf...
1 2 3 171

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2022 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram