CHILI, TRISTE DÉFAITE
Gabriel Boric, Président élu du Chili

CHILI, TRISTE DÉFAITE

9 septembre 2022
Catégorie(s) :

Le oui à la proposition de nouvelle Constitution (Apruebo) n’a recueilli que 38 % des voix contre 62 % au non (Rechazo).

Il y a eu 4,5 millions de votants de plus qu’au second tour de la Présidentielle grâce au vote obligatoire. Gabriel Boric avait eu besoin de 4,6 millions de voix pour être largement élu (56% des voix). Cette fois Apruebo recueille 4,8 millions de voix, soit seulement 200.000 voix de plus que Boric.

Oui la campagne de la droite a été efficace. Oui la droite mène la campagne depuis plus d’un an, depuis juillet 2021. Oui il y a eu une débauche de fake news, mensonges, rumeurs, etc. Oui les médias ont soutenu le Rechazo à 98%.

Mais ça n’empêchera pas la gauche de devoir faire une sérieuse autocritique sur sa façon d’agir et de réagir, de communiquer, d’avoir lancé sa propre campagne si tardivement, seulement quelques semaines avant le jour du vote.

Aujourd’hui, le Chili reste avec la Constitution de Pinochet alors que lors du référendum de 2020, à 80%, il avait réclamé de changer de Constitution. Le Président Boric avait annoncé qu’une défaite de l’Apruebo n’arrêterait pas le processus d’élaboration d’une nouvelle constitution. À lui de convoquer une nouvelle Constituante.

Aujourd’hui nous sommes en état de choc. Le coup est fort et nous sommes tristes.

Partager l'article :

Les dernières actus

LA GAUCHE ACCROCHE L’ESPOIR AU PERCHOIR ?

Assemblée nationale À l’heure où nous écrivions ces lignes, nous ne connaissions pas l’issue du vote pour la présidence de l’Assemblée nationale, mais en s’entendant sur la candidature du communiste André Chassaigne au Perchoir, la...

LA DÉMOCRATIE MALADE

International - États-Unis La tentative d’assassinat contre l’ancien président des États-Unis le renforce dans son plan de reconquête de la magistrature suprême, au moment où les démocrates présentent un candidat affaibli et une stratégie anti-trumpiste...

« DÛT-IL Y PÉRIR »

Au Moyen-Âge, l'Église qui donnait le rythme du temps de travail, rendait obligatoire le repos dominical pour pouvoir (en fait, devoir) aller à la messe. Et s'y ajoutaient les fêtes religieuses. Et gare à ceux...
1 2 3 350

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2024 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram