« INDISPOSÉS »

26 août 2022
par 

La chasse aux milliardaires écocides est ouverte. Des internautes à l’affût de leurs déplacements - et qui les publient avec leurs bilans carbone - les « indisposent », écrit un quotidien. Quoi ! Voilà qu’on ne pourrait plus prendre son jet privé pour aller de Londres-Ouest à Londres-Est ! Sur ce vol d’une dizaine de minutes, nous ne donnerons, par respect de la vie privée, que le prénom du personnage : Bernard A., propriétaire d’une résidence de 129 hectares via une société écran à Jersey.

Les milliardaires, possédant quasiment toute la médiasphère qui prêche à cor et à cri à la tourbe populaire, façonnée au gré de leurs intérêts, de faire des efforts pour le climat, s’en tamponnent, eux, allégrement : jets VIP et yachts-palaces gloutons de diésel et gros cracheurs de CO2.

On sait que les déplacements de populations ont commencé, que la mer et les océans qui se réchauffent, ont déjà ouvert le bal de catastrophes extrêmes et plus fréquentes. Le récent orage en Corse n’était que la bande-annonce du film en cours de montage.

Bouc-émissaire du drame : la météo. Le ciel nous tombe sur la tête : la météo doit dire quand, pile-poil. Tartufferie, crapulerie même. Le climat est un système protéiforme régi par la théorie du chaos. Les calculateurs utilisés, aussi puissants puissent-ils être, n’atteindront jamais la précision d’un coucou suisse. Question posée depuis 1972 par Edward Lorenz sur sa prédictibilité : « Le battement d’ailes d’un papillon au Brésil provoque-t-il une tornade au Texas ? ».
La faute à la météo ? Mon oeil ! Les coupables, ce sont le système et ceux qui en profitent : les termites goulus et retors qui nous pourrissent la vie. Indisposés, disent-ils ? Ce n’est qu’un début…

Rémi

SUPPRESSION DES PRIVILÈGES

Ah ! cette « Nuit du 4 août » 1789 dont on nous emberlificote avec la suppression des privilèges. - Mais c’est le droit sacré de la propriété que vous clouez au pilori, contre-attaqua illico le clergé. Ce qui sera pris à nous et à la noblesse, un jour, messieurs les bourgeois, pourrait l’être à vous de même. - Le 5 août fut jour de gueule de bois. Fine mouche, l’église avait fait mouche.

On tergiversa tant et si âprement que la suppression des droits et privilèges féodaux - sans indemnisation - n’eut lieu de facto que le 17 juillet 1793 par décret de la Convention.

Rémi

Partager l'article :

Les dernières actus

RETRAIT NON NÉGOCIABLE !

Réforme des retraites Pour l’acte 2 de la mobilisation contre la réforme des retraites ce sont 2,8 millions de Français.es qui sont descendus dans la rue ce 31 janvier. Dans l’Aube, la mobilisation a encore...

UN VOTE D’AMPLEUR, CLAIR !

39e Congrès du PCF Dans le cadre de leur 39e Congrès, les communistes étaient appelés à se prononcer ce week end sur le choix de la base commune de discussion. Ce vote s'est conclu par...

LA DAUBE D'ÉRIC

Au menu du dernier Conseil Municipal de Romilly-sur-Seine, une daube. Le DOB, voulais-je dire, acronyme de Débat d'Orientation Budgétaire. Quoi que, toqué de cuisine politicienne, le maire recuit chaque année une marinade où ont mijoté...
1 2 3 190

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2023 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram