FESTIVAL EN OTHE 2022

FESTIVAL EN OTHE 2022

29 juillet 2022
par 
Catégorie(s) :

Aube

Les festivals j’aime ça, surtout ceux du pays d’Othe qui remuent la fête, la tête et la foule. Cette année particulièrement dense et folle, la foule !

Une gamine, sans se présenter, m’a caressé le nez avec un plumeau et s’est évanouie dans la multitude. C’était au moment où la Rue Ketanou (qui est à tout le monde) faisait danser dans une bousculade chaloupée des gens de tous les âges, la preuve : j’y étais. Le programme alléchait les jeunes qui sont venus à partir de 12 ou 13 ans, l’âge ingrat. On n’est pas sérieux déjà quand on a cet âge-là. Mais ça tombait à pic, les artistes invités étaient prévus pour. Pour la détente je veux dire, pour mettre de la joie, du rythme, de la bonne humeur. Et il y en eut comme ça pendant 2 jours sans parler du festival Festi-coccinelle, taillé pour la génération qui sort de l’oeuf. Il parait qu’il y a des gens qui ne veulent plus avoir d’enfants. « Nia pas d’avenir pour eux, ils disent ». Mais si, il y a tous les ans, à St-Flo, le Festi-Coccinelle et son tour du monde en un jour. Au sortir de ces spectacles juvéniles, on repense à nos Octaves et à leurs fraîches comédies et chansons.

Pour ambiancer le parc à Aix-en-Othe, on n’avait convoqué que des vedettes miraculeuses pour le lieu, mais ils font miracle partout. D’abord Hilight Tribe, tribu quasi trance qui prône le retour à la terre. Sur l’herbe du Parc, c’était forcément gagné. Puis Scylla, du rap poétique, le rap n’étant pas autre chose qu’un cantique bien rythmé. Ce sont d’étranges étrangers qui nous ont apporté ça. Des arabo sinon des negro-spirituals, envoûtants spiritueux.

Puis sont venus Mes souliers sont rouges. Le reste l’était moins, très folklore, mais du bien rôdé. Bien que Normand d’origine, je ne connaissais pas le folklore de cette région. Ils l’ont inventé, je me dis. Mais non, m’a soufflé mon amie Domi qui connait le folklore espagnol, ça vient du Québec mâtiné d’irlandais et même de belge.

Madeleine, elle, venait d’Epernay. C’est une artiste en bouton avec plein de fruits en devenir. J’en profite pour dire que la chanson est un art poétique à sa manière. La chanson est un défi, ce n’est pas de la poésie qui prend la musique pour béquille.
Puis, le sieur Joubert, grand maître es chansons polyglottes nous a dégotté des Anglais sans doute nés à Belleville To navigate, press the arrow keys que je mélange exprès pour voir s’ils s’y reconnaissent.

Tout cela pour dire qu’on peut faire vivre le pays en y transportant tout ce qui bouge et chante partout. Echanges de bons procédés. Il y faut un peu d’argent des collectivités (pourvou que cela doure !) et la grande volonté d’une équipe comme celle de Michel Joubert qui officie depuis 1991 sans barbe blanche.

Ajoutons que notre Dépêche y a fait de la politique très locale en vendant sa fameuse triperie au chaource. Merci à Corinne, Eric, Papy, Luc, Marie et Renaud qui ont dû domestiquer des queues d’attente impressionnantes. Je l’ai prise moi-même. À la queue leu leu, m’a crié la cheffe du cabanon. C’est une coco. Aucun passe-droit pour la presse ! La même mésaventure est arrivée à la préfète. Le monde est en train de changer de base.

 

Partager l'article :

Les dernières actus

UN ÉCOCINÉ À PONT-SAINTE-MARIE

Aube - culture Le cinéma UTOPIA va ouvrir ses portes en décembre à Pont-Sainte-Marie. Il y a bien longtemps que les cinéphiles attendaient cette ouverture. Une association (ARCEAU) avait vu le jour en 2018 grâce...

POUR GARANTIR L'ÉNERGIE À TOUS !

Services publics - Pouvoir d’achat L’accès à l’énergie est un droit vital pour vivre décemment, pouvoir se chauffer, se déplacer, se nourrir et produire de nouvelles richesses. L’énergie est, par conséquent, un bien commun de...

LE JOUR DE GLOIRE EST TARIFÉ

Les joueurs iraniens silencieux pendant l’hymne national en soutien aux victimes de la répression dans leur pays ; les Allemands se bâillonnent de la main pour protester contre la FIFA qui a interdit aux capitaines...

BRÈVES

SOIT DIT EN PASSANT... À Romilly viennent d’être plantés 65 arbres d’une première « micro-forêt ». Nos élus étaient présents à l’inauguration et ont même mis la main à la pelle. Rien à redire, sauf...
1 2 3 171

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2022 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram