TRÈS CHÈRES VACANCES

TRÈS CHÈRES VACANCES

22 juillet 2022
par 
Catégorie(s) :

Pouvoir d'achat

Pizza plutôt que plateau de fruits de mer et une seule boule de glace en dessert. Parce que l’inflation ne prend pas de vacances, le menu des congés d’été 2022 a un goût amer. Et pas que pour les plus modestes.

Flambée des prix oblige, 64 % des Français ont prévu de se serrer la ceinture. Mais quand on voit qu’un séjour de dix jours pour une famille de quatre personnes dépasse les 1 900 euros, l’équation devient insoluble pour un foyer aux revenus modestes. On n’est donc pas étonné d’apprendre que quatre Français sur dix ne partent pas en vacances. Pourtant, l’industrie du tourisme se porte plutôt bien, sans doute dopée par la hausse des tarifs dans le secteur aussi : après une chute historique en 2020, le nombre de séjours repart à la hausse…

le droit aux vacances pour tous est loin d’être une priorité politique.

Il n’en demeure pas moins que, face aux vacances, les inégalités demeurent. Et s’accentuent, même. Car les plus modestes vont aujourd’hui moins souvent en vacances qu’il y a vingt ans. Les personnes ayant un revenu inférieur à 1 285 euros étaient 41 % à partir en 2002. Elles ne sont plus que 37 % en 2022, d’après l’Observatoire des inégalités.

Des chiffres élevés pour un droit fondamental reconnu en 1988 dans la loi de lutte contre les exclusions, et dont le rôle social majeur n’est pourtant plus à démontrer en termes de cohésion sociale et de mixité. Sauf que la défense du droit aux vacances de qualité pour tous est loin d’être une priorité politique. Le tourisme social et familial en France, on ne sait plus ce que c’est… Certains sont trop « riches » pour être aidés, et d’autres, trop pauvres pour partir en vacances.

Les politiques l’ont intégré, point barre. Et ce n’est pas la loi pouvoir d’achat, débattue au Parlement cette semaine, qui va y remédier. Des aides ponctuelles pour les plus modestes, oui. Mais rien de pérenne, comme une revalorisation des salaires, n’est prévu dans les dispositifs proposés par le gouvernement pour amortir les effets de l’inflation.

Qu’importe, une fois encore, que des millions de personnes restent au bord du chemin.

 

Partager l'article :

Les dernières actus

MON LOGIS EXASPÈRE SES LOCATAIRES

St André-Les-Vergers - quartier Maugout - Ravel Des femmes, beaucoup de femmes exaspérées par les conditions de logement indignes qu’elles subissent parfois depuis des années. Des témoignages poignants de locataires qui n’en peuvent plus de...

24 H SUR LE MÊME BRANCARD !

Santé - hôpitaux Madeleine Riffaud est aveugle. Mais elle voit bien mieux que beaucoup. Dans une lettre bouleversante adressée au directeur de l’AP-HP la résistante de 98 ans, atteinte d’un Covid long, décrit sa prise...

ENVOYEZ-LUI VOS FACTURES !

Des dizaines de milliers de britanniques ont dit qu’ils cesseront le 1er octobre de payer leurs factures de gaz et d’électricité. À cette date, les prix auront quasiment triplé en un an. Les compagnies brandissent...

ALLER EN TRAIN... RETOUR EN BUS !!

Inauguration de l’électrification Paris - Nogent S/Seine Ah l’électrification de la ligne 4 ! Un serpent de mer qui alimente le microcosme politique local depuis trois décennies et qui vient de voir enfin sa concrétisation...
1 2 3 148

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2022 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram