RIEN N’EST JAMAIS ACQUIS

RIEN N’EST JAMAIS ACQUIS

1 juillet 2022
par 
Catégorie(s) :

Le groupe des sénateurs et sénatrices communistes a déposé une proposition de loi visant à inscrire dans la Constitution le droit à l’avortement afin « d’en faire un principe fondamental », et de « déjouer sa remise en cause, qui est au centre des combats engagés par les forces réactionnaires à l’échelle européenne et en France ». Non, ce n’est ni en 2018 ni en 2022, c’était déjà en mai 2017. En mars 2012, la candidate du Front national avait affirmé qu’elle prendrait la décision de dérembourser l’IVG si elle était élue, « puisque l’avortement peut être évité » ; mais le FN avait tout prévu : celle qui était enceinte accidentellement pouvait « bénéficier » de l’engagement prénatal qui lui permettait de donner son bébé à un couple qui désirait adopter. Ainsi rien ne se perdait : la femme enceinte sans l’avoir désiré devenait à la fois reproductrice et productrice pour autrui...

La question de l’avortement est ensuite l’objet de dissensions au sein du FN en 2016, lorsque Marion Maréchal, en qui le patriarcat a une de ses plus ardentes zélatrices, affirmait qu’en cas de victoire de M. Le Pen à la présidentielle de 2017, « il faudra(it) revenir sur le remboursement intégral et illimité de l’avortement, car les femmes sont des êtres responsables qui doivent être traités comme tels ».

Comment donc F. Bayrou a-t-il pu dire dimanche qu’inscrire ce droit dans la Constitution était inutile puisqu’« aucun courant politique en France ne remet en cause la loi Veil et ce qu’elle est devenue » ? Un oubli, sans doute.

« N’oubliez pas qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question » a dit S. de Beauvoir. Les Américaines viennent de le vérifier. L’inscription dans la Constitution est l’indispensable antidote à l’oubli.

 

Partager l'article :

Les dernières actus

LES AUBOIS SE MOBILISENT POUR L’AUGMENTATION DES SALAIRES ET DES RETRAITES

Aube - Politique C’est une journée que l’exécutif va scruter de près. Premier rendez-vous national de grèves et de manifestations pour la hausse des salaires et le pouvoir d’achat, le jeudi 29 septembre a donné...

AMIANTE : LA SNCF LOURDEMENT CONDAMNÉE !

Technicentre de Romilly-sur-Seine C’est la fin d’un marathon judiciaire pour près de 70 cheminots de la SNCF, embauchés au technicentre de Romilly-sur-Seine. Mercredi 14 septembre, la cour d’appel d’Amiens a mis un terme à 5...

Mon Logis

Non content d’exaspérer bon nombre de ses locataires des quartiers Maugout et Ravel de St André Les Vergers, en laissant des logements sans entretien et sans vrai chauffage, le bailleur a refusé de recevoir Jean...

GASPILLAGE

Au moment où les Iraniennes essaient de se libérer du joug religieux avec pour chant de ralliement Bella Ciao, les Italiens ont élu une admiratrice du Duce. Et l'UE dit seulement « la répression des...
1 2 3 151

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2022 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram