LE PATRIMOINE BRADÉ AU PRIVÉ
l’ancienne gendarmerie quai Dampierre et l’hôtel Juvenal des Ursins rue Champeaux.

LE PATRIMOINE BRADÉ AU PRIVÉ

18 juin 2022
Catégorie(s) :

Troyes

La ville de Troyes a donné son feu vert pour la transformation de deux lieux emblématiques en hôtels de luxe, l’hôtel de la Licorne, propriété du département, et l’hôtel Juvénal des Ursins, propriété de la ville.

peut visiter notre belle ville et y dépenser sa fortune. Il existe déjà des hôtels chers à Troyes, la Maison de Rhodes, le Champ des oiseaux dans lesquels on ne dort qu’au-dessus de 300 € la nuit.

Pour les petites bourses, il y a le feu rouge à l’entrée. Un promoteur, M. Gublin, (SARL G Group) a donc sollicité de transformer l’ancienne gendarmerie quai Dampierre, en hôtel 5 étoiles avec restaurant à l’avenant. Il s’appellera La Licorne. C’est le nom qu’il portait au 15ème siècle.

C’est très courant quand on veut faire accepter la perte de son patrimoine, on va fouiller dans le passé du bâtiment. Quand on voulut vendre la Bourse du travail au commerce en lui retirant son histoire syndicale, on se rappela, qu’au tout début, la Bourse fut dédiée à la bonneterie. Le bâtiment possède une valeur patrimoniale exemplaire d’autant qu’il est placé non loin de la cathédrale et de la Cité du vitrail.

L’autre lieu bradé au privé c’est le fameux hôtel Juvénal des Ursins, rue Champeaux, un joli fleuron de notre patrimoine. Certes, il est difficilement aménageable en hôtel mais on y installera, avec l’apport de matériels adaptés, un bar de luxe appelé bar-lounge, car la mode des mots anglais fait fureur et que bar-salon ne serait pas assez attrape-bobos.

On se rappelle qu’il y a quelques années les passeurs de fresques avaient oeuvré dans la cour Renaissance de cette demeure et élaboré une oeuvre en l’honneur des Juvénal, famille troyenne du 16ème. Le joyau que représente cette demeure sera loué pour 10 ans. Certes il peut amener un regain d’activité, mais force est de constater que tous ces lieux historiques ne sont utilisés que dans un but lucratif alors qu’ils pourraient l’être pour faire vivre le monde culturel et associatif comme l’a si bien démontré l’association Bourse du Travail pour le bâtiment de la place Jaurès, qui avait déjà fustigé les mauvaises politiques patrimoniales de la ville.

 

 

Partager l'article :

Les dernières actus

LES COMMUNISTES S’ADRESSENT À LA PRÉFÈTE

Flambée des prix de l’énergie, des carburants, de la nourriture... La fédération de l’Aube du PCF, comme partout en France, a décidé du journée d’action contre la hausse des prix, samedi 30 septembre à 10H30...

LE PCF PROGRESSE ET RENFORCE SON GROUPE

Sénatoriales 2023 Deuxième force politique de gauche au Sénat, le Parti communiste français sort renforcé de ces élections sénatoriales, avec deux sénateurs de plus. C’est la traduction d’élections municipales qui ont vu le PCF étendre...

EXCEPTION CULTURELLE

L’Unità du 27 juin 1971, alors organe du PCI, titre pleine page " Un serviteur des nazis ". Dans l’article : " L’actuel secrétaire du MSI*, G. Almirante, qui maintenant se rince la bouche quotidiennement...

LUC KESLICK

Luc Keslick nous a quittés. Fils de Madeleine Keslick, militante communiste « historique » de Romilly-sur-Seine, décédée en 1990, Luc perpétua les convictions et les idéaux de sa mère. Cheminot, il officia à diverses fonctions...
1 2 3 259

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2023 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram