LE LIBRE MARCHÉ, L’ASSASSIN QUI COURT TOUJOURS

LE LIBRE MARCHÉ, L’ASSASSIN QUI COURT TOUJOURS

3 juin 2022
Catégorie(s) :

Ils sont 19 victimes innocentes par essence puisque c’étaient 19 enfants âgés de 9 à 10 ans. Ils ont été massacrés avec leurs deux institutrices dans une école du Texas.

Exit le tueur, un adolescent d’à peine 18 ans, qui a fait feu sur la classe avec son « top gun » de guerre acheté quelques jours plus tôt dans un magasin, aussi simplement qu’on se procure un smartphone ou du matériel de jardinage au centre commercial du coin. Il a été abattu par la police. Mais l’assassin, le vrai, celui qui commet depuis des lustres ces meurtres en série, court toujours. Son nom : le marché libre des armes à feu. Son chargé d’affaires, la NRA (National Rifle Association), le surpuissant lobby qui a ses entrées au Congrès et dans les plus hautes institutions des États-Unis.

Le sang du carnage de Buffalo qui a coûté la vie à 10 autres êtres, éliminés, eux, parce qu’ils avaient simplement le tort d’être noirs, était à peine séché. Le président Biden a dit son émotion, comme l’avait fait Barack Obama en 2015, au lendemain d’un autre massacre raciste à Charleston. L’ex-locataire de la Maison-Blanche avait alors rappelé l’abomination de l’une des précédentes tueries de bambins dans une école du Connecticut, trois ans plus tôt, pour insister sur la nécessité de « revoir la législation ». Entre-temps, rien n’a changé et on peut craindre que, malgré les accents pleins d’émotion biblique de Biden s’insurgeant « pour l’amour de Dieu » contre la NRA, la volonté de réguler même modestement le marché des armes à feu ne se heurte à l’étendue de la corruption instillée par le lobby parmi les élus républicains et certains démocrates.

Un sursaut démocratique serait pourtant nécessaire, comme le revendiquent ces jeunes, anciens élèves du lycée de Parkland en Floride, lieu en 2018 d’un précédent carnage d’adolescents, ou ces associations qui se battent pour que l’accès aux armes soit au moins limité. Les États-Unis doivent enfin sortir de leur addiction mortifère. Celle qui fait gonfler leur budget de guerre à des niveaux aujourd’hui astronomiques. L’exact pendant de celle qui nourrit la litanie de leurs tragédies intérieures.

 

Partager l'article :

Les dernières actus

LA GAUCHE ACCROCHE L’ESPOIR AU PERCHOIR ?

Assemblée nationale À l’heure où nous écrivions ces lignes, nous ne connaissions pas l’issue du vote pour la présidence de l’Assemblée nationale, mais en s’entendant sur la candidature du communiste André Chassaigne au Perchoir, la...

LA DÉMOCRATIE MALADE

International - États-Unis La tentative d’assassinat contre l’ancien président des États-Unis le renforce dans son plan de reconquête de la magistrature suprême, au moment où les démocrates présentent un candidat affaibli et une stratégie anti-trumpiste...

« DÛT-IL Y PÉRIR »

Au Moyen-Âge, l'Église qui donnait le rythme du temps de travail, rendait obligatoire le repos dominical pour pouvoir (en fait, devoir) aller à la messe. Et s'y ajoutaient les fêtes religieuses. Et gare à ceux...
1 2 3 350

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2024 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram