UNE PERSONNE SUR DEUX RENONCE AU MINIMUM VIEILLESSE

27 mai 2022
par 
Catégorie(s) :

La moitié des personnes seules de plus de 65 ans éligibles à l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) n’en ont pas bénéficié en 2016, selon une étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees). Cette évaluation, basée sur des données de 2016 de l’EIR (derniers chiffres disponibles), permet de constater que, dans cette catégorie d’âge, le renoncement aux prestations sociales est alarmant.

Quelque 646 800 personnes étaient éligibles, il y a six ans, à cette allocation. Mais, parmi elles, seules 325 700 personnes, soit près de 50 % seulement perçoivent effectivement le minimum vieillesse. Ainsi, 321 200 personnes, qui se situent sous le plafond de ressources ( 916,78 € actuellement) pour une personne seule, n’effectuent pas les démarches pour en bénéficier. Les experts de la Drees relèvent que le taux de non-recours est d’autant plus élevé que le montant de la prestation attendue est faible.

Au total, 790 millions d’euros n’ont pas été versés. Un chiffre qui devrait inciter le gouvernement à s’investir dans l’accessibilité aux minima sociaux pour les plus âgés. E. Macron avait annoncé lors de sa campagne vouloir verser « automatiquement » les aides sociales « à ceux qui
y ont droit, pour éviter le non-recours et la fraude ». Mais cette « solidarité à la source » ne concernerait que la prime d’activité, les allocations familiales, l’aide au logement et le revenu de solidarité active (RSA), pas le minimum vieillesse.

 

Partager l'article :

Les dernières actus

RETRAIT NON NÉGOCIABLE !

Réforme des retraites Pour l’acte 2 de la mobilisation contre la réforme des retraites ce sont 2,8 millions de Français.es qui sont descendus dans la rue ce 31 janvier. Dans l’Aube, la mobilisation a encore...

UN VOTE D’AMPLEUR, CLAIR !

39e Congrès du PCF Dans le cadre de leur 39e Congrès, les communistes étaient appelés à se prononcer ce week end sur le choix de la base commune de discussion. Ce vote s'est conclu par...

LA DAUBE D'ÉRIC

Au menu du dernier Conseil Municipal de Romilly-sur-Seine, une daube. Le DOB, voulais-je dire, acronyme de Débat d'Orientation Budgétaire. Quoi que, toqué de cuisine politicienne, le maire recuit chaque année une marinade où ont mijoté...
1 2 3 190

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2023 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram