UN ACCORD POUR DES JOURS PLUS HEUREUX
La bannière commune de la Nouvelle Union Populaire Écologiste et Sociale.

UN ACCORD POUR DES JOURS PLUS HEUREUX

6 mai 2022
par 
Catégorie(s) :

Elections législatives

Le PCF et La France Insoumise ont conclu le mardi 3 mai un accord national en vue des prochaines élections législatives. Nous regrettons que celui-ci ne prenne pas en compte la représentativité réelle des forces politiques locales et que dans bien trop de départements, comme ici dans l’Aube, il n’y ai aucune candidature communiste pour porter le rassemblement de la gauche.

Nous devions répondre à l'attente de nos concitoyens, à leur colère aussi devant le projet d'une retraite à 65 ans, à leur souffrance devant les problèmes du reste à vivre quand on doit régler le prix en forte hausse du carburant, de l'énergie et de l'alimentation, quand l'inflation augmente de 5%, mais pas le salaire. L'INSEE vient de donner un chiffre : la consommation des ménages a déjà baissé de 1,5% en janvier et beaucoup de nos compatriotes sont obligés de se limiter aux dépenses contraintes.

Quant au travail, beaucoup d'emplois précaires, ubérisés, ne permettent pas d'avoir de perspective à long terme et sont très mal rémunérés. Ne parlons même pas de l'égalité salariale Femme / Homme qui s'apparente davantage à un mirage dans le désert : plus on avance, plus elle recule. Dans ces conditions il était impératif d'unir les forces de gauche et écologistes pour remporter un maximum de député.e.s, car ce sont elles et eux qui ratifient les lois et sont force de proposition.

L'implantation locale du PCF n'a pas été prise en compte par LFI

Nous aurions souhaité des réunions multilatérales, cela ne s'est pas fait ; nous aurions souhaité la circonscription de Romilly prévue d'ailleurs dans une première version de l'accord, cela ne s'est pas fait, la situation réelle de l'implantation locale du PCF n'a pas été prise en compte par LFI, l'échelon local n'a pas été respecté, mais voici l'accord auquel nous sommes arrivés, base que chaque force peut accepter et défendre.

La teneur de l'accord

La hausse du SMIC à 1400€ net, le retour à la retraite à 60 ans pour toutes et tous, la garantie d'un revenu d'autonomie pour les jeunes, le blocage des prix sur les produits de première nécessité et l'éradication de la pauvreté.

La reconquête des services publics et de nouvelles créations d’emplois publics : dans la santé avec la fin des déserts médicaux ; dans l'éducation avec la gratuité réelle de l'école et des cantines ; dans le transport et le fret ferroviaire, avec la réouverture des petites lignes.

La construction de logements publics aux normes écologiques, l’encadrement des loyers à la baisse. La renationalisation d'EDF, d'ENGIE, des autoroutes et des aéroports. De nouveaux droits d'intervention et de décision des salariés dans les entreprises.

La justice fiscale : rétablissement de l'ISF, taxation du capital au même niveau que le travail et lutte contre l'évasion fiscale. La formation d'un grand pôle public financier avec la nationalisation de banques généralistes, dans l'objectif d'assurer la transformation sociale et écologique de la France.

Une véritable planification écologique et démocratique, par l’application de la règle verte. L’instauration d’une 6ème République
pour en finir avec la monarchie présidentielle et introduire des droits nouveaux pour les citoyens, notamment le référendum d’initiative citoyenne.

La désobéissance aux règles de l’Union européenne qui seraient en contradiction avec l'application de notre programme, en se libérant du carcan budgétaire, des directives d'ouverture à la concurrence, et en introduisant un principe de non-régression sociale et écologique ; la construction d’un nouveau projet au service de la construction écologique et sociale.

Une diplomatie au service de la paix, préservant l’intégrité territoriale de tous les pays, grâce à des coopérations altermondialistes, en solidarité avec les peuples, pour un monde qui respecte les droits humains, la démocratie et lutte contre le dérèglement climatique.

Qui est le leader de cette coalition ?

Voilà l'accord sur lequel est fondée cette coalition qui se présentera sous la bannière commune de la Nouvelle Union Populaire Écologiste et Sociale, mais chaque parti gardera son autonomie et, par exemple, le PCF continuera à défendre à l'Assemblée le mix énergétique avec un nucléaire nouvelle génération. « Qui est le leader de cette coalition ? » a demandé Léa Salamé. « Ce sont les Français » a répondu Fabien Roussel.

 

 

 

Partager l'article :

Les dernières actus

UN ÉCOCINÉ À PONT-SAINTE-MARIE

Aube - culture Le cinéma UTOPIA va ouvrir ses portes en décembre à Pont-Sainte-Marie. Il y a bien longtemps que les cinéphiles attendaient cette ouverture. Une association (ARCEAU) avait vu le jour en 2018 grâce...

POUR GARANTIR L'ÉNERGIE À TOUS !

Services publics - Pouvoir d’achat L’accès à l’énergie est un droit vital pour vivre décemment, pouvoir se chauffer, se déplacer, se nourrir et produire de nouvelles richesses. L’énergie est, par conséquent, un bien commun de...

LE JOUR DE GLOIRE EST TARIFÉ

Les joueurs iraniens silencieux pendant l’hymne national en soutien aux victimes de la répression dans leur pays ; les Allemands se bâillonnent de la main pour protester contre la FIFA qui a interdit aux capitaines...

BRÈVES

SOIT DIT EN PASSANT... À Romilly viennent d’être plantés 65 arbres d’une première « micro-forêt ». Nos élus étaient présents à l’inauguration et ont même mis la main à la pelle. Rien à redire, sauf...
1 2 3 171

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2022 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram