RECOMMENCER, TOUJOURS

RECOMMENCER, TOUJOURS

6 mai 2022
par 
Catégorie(s) :

La Cour Suprême des USA n'a pas de chance : alors qu'elle pensait mettre un terme tranquillement au droit fédéral à l'avortement, une taupe a tout révélé - et l'on dit : merci, la taupe ! Des états américains ont déjà voté l'interdiction d'avorter depuis 2019, comme, par exemple, l'Alabama où un médecin qui le ferait risque 99 ans de prison, même s'il y a viol ou inceste. D'autres ont suivi, des états du sud ou de l'intérieur. Il est facile de faire le parallèle avec l'histoire esclavagiste de ces états, leur attachement au port d'armes et, paradoxalement, à la peine de mort. S'ils n'ont pu maintenir l'institution de l'esclavage, il leur reste les droits qu'ils s'arrogent sur le ventre des femmes. Dès 1985, la Canadienne Margaret Atwood imagine dans La Servante écarlate une société future où, la natalité baissant, les hommes au pouvoir décident d'asservir celles et ceux qui ne sont pas de la classe dominante et surtout le ventre des femmes. Cet acharnement à revenir sur cette possibilité d'avorter est toujours l'idée que le corps des femmes ne leur est pas propre, qu'il est, au mieux, en co-propriété avec celui qui en a l'usage. Cela se vérifie aussi, hélas, par les féminicides qui, en France, ne faiblissent pas.

Il est cependant intéressant de voir sur quel motif la Cour Suprême avait légalisé le droit à l'avortement ; c'était sur l'amendement 14 de la Constitution qui protège la vie privée et l'égalité des droits entre les citoyens : une Américaine a ainsi le même droit qu'un Américain de disposer de son corps comme elle l'entend. Le contraire, en l'occurrence l'interdiction de l'avortement, est l'équivalent d'un retour au statut d'esclave pour les femmes, car seul l'esclave ne dispose pas de son corps. Et cela, aux Usa comme en Pologne. Et dans la montée des populismes et des fascismes qui conviennent parfaitement au Capital, en Europe comme aux USA, les femmes vont devoir lutter sans jamais baisser la garde pour conserver simplement la pleine propriété de leur corps.

 

Partager l'article :

Les dernières actus

UN ÉCOCINÉ À PONT-SAINTE-MARIE

Aube - culture Le cinéma UTOPIA va ouvrir ses portes en décembre à Pont-Sainte-Marie. Il y a bien longtemps que les cinéphiles attendaient cette ouverture. Une association (ARCEAU) avait vu le jour en 2018 grâce...

POUR GARANTIR L'ÉNERGIE À TOUS !

Services publics - Pouvoir d’achat L’accès à l’énergie est un droit vital pour vivre décemment, pouvoir se chauffer, se déplacer, se nourrir et produire de nouvelles richesses. L’énergie est, par conséquent, un bien commun de...

LE JOUR DE GLOIRE EST TARIFÉ

Les joueurs iraniens silencieux pendant l’hymne national en soutien aux victimes de la répression dans leur pays ; les Allemands se bâillonnent de la main pour protester contre la FIFA qui a interdit aux capitaines...

BRÈVES

SOIT DIT EN PASSANT... À Romilly viennent d’être plantés 65 arbres d’une première « micro-forêt ». Nos élus étaient présents à l’inauguration et ont même mis la main à la pelle. Rien à redire, sauf...
1 2 3 171

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2022 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram