UN CLAN

25 mars 2022
Catégorie(s) :

Notre vie politique est pleine de surprises. Les moeurs de nos élus ont beaucoup varié. Un certain laisser-aller se fait jour dans les convictions et dans les comportements. Pour se faire élire on voit des couples, qui marient carpe et lapin, se former aux départementales. D’autres passent d’un parti à l’autre sans s’émouvoir. D’autres, croyant gagner en liberté, vomissent les partis et leurs militants et vont se pelotonner dans le consensus mou d’une majorité. Et quand on est au chaud, sous la parole protectrice du chef, bien calé dans son fauteuil, on le soutient comme on peut, en cherchant à faire allégeance comme les marquis d’autrefois.

Pour se défouler parfois, ces élus très consensuels (on les reconnaît dès la première syllabe) et qui s’ennuient sur leur fauteuil, se mettent à glousser, à ricaner (1) lorsqu’intervient notre élue Anna Zajac, élue du peuple expliquant la nécessité de la gratuité des transports urbains pour favoriser leur extension et donc lutter contre la pollution.
Comportement enfantin diront certains, mais les enfants peuvent être méchants. Non, il s’agit d’une forme de solidarité de clan qui permet d’exister à ceux qui n’ont pas d’existence. Pas question d’essayer de comprendre celle qui parle, une femme qui plus est ! Le machisme ou la misogynie sont là tout près et prêts à éclater. La méchanceté n’est pas loin et sans doute la violence, celle des mots d’abord. Ces gens-là ne détruisent ni les abribus ni le mobilier public, ils étouffent seulement la pensée des autres, pour complaire au chef. De simples cireurs debottes.

(1) Mots mêmes du journaliste de Libé qui a rapporté et critiqué ce comportement survenu lors de la dernière réunion de TCM.

Partager l'article :

Les dernières actus

NOUVEAU COUP DE FORCE DE LA MACRONIE

Réforme des retraites - démocratie La réforme des retraites a connu un nouveau rebondissement mercredi 31 mai : la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale a retoqué la proposition de loi du groupe Libertés,...

MISÈRE DE LA PSYCHIATRIE EN FRANCE ET DANS L'AUBE

Département - santé Par Alain Buathier La tragédie de Reims est révélatrice, une fois de plus, de l'abandon par l'État de la psychiatrie en France. Comme les MCO (médecine chirurgie obstétrique) elle subit des restrictions...

LA CERVELLE AU-DESSUS DU BONNET

En 1992, La France a signé le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires. Au dernier sommet du G7 qui se tenait à Hiroshima, le Président s'est fait pourfendeur de la mort atomique, dont le...

PROFITEURS

Quand on feuillette les pages saumon du Figaro, celles consacrées notamment à l’actualité financière, on entre dans un univers très particulier. Ici, il n’est guère question de crise, d’inflation, de conflits, de dette, le tout...
1 2 3 225

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2023 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram