L’OSA ENCHANTE TOUJOURS

L’OSA ENCHANTE TOUJOURS

11 février 2022
Catégorie(s) :

Comme à chaque concert, on s’assoit dans cette immense salle du Conseil Départemental avec l’assurance de passer un bon moment musical avec l’Orchestre symphonique de l’Aube. Encore faut-il être placé de façon adéquate pour profiter d’un bon équilibre entre les instruments.

Par exemple dans ce 5ème concerto pour piano de Saint-Saëns, on aura l’impression que l’orchestre étouffe le soliste si on est coincé en bordure de salle, ou que le piano écrase l’orchestre quand on baille devant le couvercle béant du piano. Qu’importe, le soliste Théo Fouchenneret nous subjugue par sa précision et sa virtuosité magnifique. Baptisé l’Egyptien du fait que le compositeur a été faire un tour du côté des pyramides en 1896, le concerto (pas le pianiste) fait entendre des thèmes arabisants un peu désuets, mais tellement bien torturés, enjolivés, fleurdelisés, qu’on se prend à aimer même les pharaons despotes. Saint-Saëns est un grand voyageur dont l’oeuvre est impressionnante, mais qui fut mise finalement à l’écart par la jeune garde, Debussy puis Ravel. Il n’est pas bon de vivre vieux quand on est artiste.

L’Ouverture sur Hamlet est du compositeur danois N.W. GADE (les musiciens reconnaîtront les 4 notes sol, la, ré, mi qui forme son nom ),
une célébrité dans son pays dont la musique nous est de nouveau interprétée comme le prouve le choix de Gilles Milière.

J’ai adoré Maslenitsa de Guillaume Connesson. Ce jeune compositeur né en 1970 a appris la composition avec Marcel Landowski. C’est une musique nerveuse, enjoué, moqueuse, changeante comme la sociale démocratie. Ces oeuvres modernes demandent un travail d’orchestre de mise en place particulier qui fait honneur au talent du chef de l’OSA.

La marche hongroise de Berlioz dite de RàkÓczy terminait le concert. Liszt s’est emparé de l’oeuvre qui se trouve dans la damnation de Faust
et a voulu l’orchestrer à sa manière. C’est ingénieux, mais maniéré, compliqué sans raison. On n’aime Liszt qu’au piano, illuminant les scènes européennes de sa virtuosité transcendante.

Partager l'article :

Les dernières actus

LA GAUCHE ACCROCHE L’ESPOIR AU PERCHOIR ?

Assemblée nationale À l’heure où nous écrivions ces lignes, nous ne connaissions pas l’issue du vote pour la présidence de l’Assemblée nationale, mais en s’entendant sur la candidature du communiste André Chassaigne au Perchoir, la...

LA DÉMOCRATIE MALADE

International - États-Unis La tentative d’assassinat contre l’ancien président des États-Unis le renforce dans son plan de reconquête de la magistrature suprême, au moment où les démocrates présentent un candidat affaibli et une stratégie anti-trumpiste...

« DÛT-IL Y PÉRIR »

Au Moyen-Âge, l'Église qui donnait le rythme du temps de travail, rendait obligatoire le repos dominical pour pouvoir (en fait, devoir) aller à la messe. Et s'y ajoutaient les fêtes religieuses. Et gare à ceux...
1 2 3 350

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2024 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram