TEMPS À PERDRE

TEMPS À PERDRE

12 novembre 2021
par 
Catégorie(s) :

Du temps à perdre, il n'y en a plus, mais plus du tout. C'est ce que dit Jean Jouzel, paléoclimatologue mondialement connu et lanceur d'alerte depuis 1987 sur le réchauffement climatique : il n'exclut pas que l'embrasement de Lytton, au Canada, cet été, puisse arriver en France si rien ne se fait. Et depuis le protocole de Kyoto en 1997, à chaque COP, c'est désormais le même cri angoissant « il n'y a plus de temps à perdre », puis tout continue plus ou moins comme avant. La survie de l'humanité ne vaut apparemment pas la mort de l'économie libérale.

Plus de temps à perdre donc pour relancer l'économie française et accessoirement l'emploi ; si le gouvernement n'a pas perdu de temps pour baisser les allocations chômage, il n'en trouve pas pour augmenter les salaires. Sur ce sujet, les solutions prônées par les populistes d'extrême droite et de droite, sont toujours les mêmes : il faut arrêter l'immigration et diminuer, voire supprimer, les cotisations sociales et les taxes. Supprimer aussi des centaines de milliers de postes de fonctionnaires. Ils ne disent pas, évidemment, comment seront alors financés les services publics puisque, précisément, ils ne veulent plus de services publics. La privatisation tiendra lieu d'hégémonie culturelle électorale et pour qu'elle soit complète le RN pense même privatiser Radio France et France Télévision.

Mais parmi tous ces gens pressés d'arriver à leurs fins et à la nôtre, il y en a un, populiste italien de droite, qui n'a réellement plus de temps à perdre, c'est Berlusconi, qui, à 85 ans, veut se présenter à la Présidence de la République italienne. Détail qui a son importance : s'il est élu, il aura une immunité à vie. On en connaît un qui voudrait être italien...

Partager l'article :

Les dernières actus

POUR UNE RÉPUBLIQUE SOCIALE, LAÏQUE, FÉMINISTE ET DÉMOCRATIQUE

Un air de Fête de l’Huma régnait ce dimanche au coeur de Paris. Les stands des sections parisiennes installés place Stalingrad assuraient le casse-croûte, pendant que les groupes de musique faisaient monter l’ambiance. Le temps...

Emmanuel Macron

qui, après la tragédie en mer du Nord, parle d'une Europe endeuillée dans ses valeurs humanistes, de soutien inconditionnel aux familles des victimes, mais impose aux migrants, qui pour la plupart viennent de pays en...
1 2 3 62

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2021 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram