L’ASPIRATION LÉGITIME À VIVRE DIGNEMENT ET EN SÉCURITÉ

L’ASPIRATION LÉGITIME À VIVRE DIGNEMENT ET EN SÉCURITÉ

15 octobre 2021
par 
Catégorie(s) :

Depuis mars 2019 les mots et expressions virus, covid, coronavirus, pandémie, masques, confinement, distanciel, télétravail, activités essentielles, vaccins, variants, pass sanitaire ont envahi notre quotidien.

La liste est longue des effets délétères de cette crise sanitaire, économique et sociale sur la santé, entraînant détresse psychologique et misère sociale. Le monde du travail, des ouvrier-e-s, des employé-e-s, aux personnels soignants, aux agriculteurs, de l'ingénieur aux commerçants, le monde de la culture dans toute sa diversité, les étudiant-e-s paient lourdement cette crise.

Les hausses du gaz de l’électricité, des loyers viennent alourdir les difficultés de nombreuses familles, contribuent à une baisse sévère du pouvoir d’achat. Mais la question de la nécessité de l’augmentation des salaires n’est toujours pas envisagée comme une des réponses possibles à la crise économique et sociale.

Jamais les inégalités n’ont été aussi grandes en France entre ceux qui détiennent le capital et l’immense majorité des citoyens, qui n’ont que leur force de travail pour vivre. En France, les champions de la finance ne sont pas nombreux mais ils dominent tout, y compris la politique.

Dans ce contexte particulièrement perturbé et perturbant, la ville de Troyes, comme un grand nombre de collectivités, a participé matériellement et financièrement à la lutte contre la pandémie. Evidemment c’est à saluer en espérant que le budget de l’Etat compensera ces dépenses qui lui incombent.

Les questions de sécurité sont également toujours et de plus en plus en débat : sécurité sociale, sécurité de l’emploi, sécurité sanitaire, sécurité alimentaire, sécurité des piétons, des cyclistes, des automobilistes, sécurité face au réchauffement climatique, sécurité des personnes et des biens …

L’aspiration à la tranquillité publique est légitime et les réponses du gouvernement et des collectivités sont diverses. Le maire de Troyes privilégie le développement de caméras ( plus de 300 actuellement) pour une dépense de plusieurs millions d’euros. Nous demandons au contraire des moyens pour le développement de la prévention dans les quartiers, l’égalité d’accès aux services de la commune…

Le capitalisme coupe l’arbre dont il ne peut vendre l’ombre (Karl Marx) ; je vous propose au contraire de planter ensemble beaucoup d’arbres.

Partager l'article :

Les dernières actus

MON LOGIS EXASPÈRE SES LOCATAIRES

St André-Les-Vergers - quartier Maugout - Ravel Des femmes, beaucoup de femmes exaspérées par les conditions de logement indignes qu’elles subissent parfois depuis des années. Des témoignages poignants de locataires qui n’en peuvent plus de...

24 H SUR LE MÊME BRANCARD !

Santé - hôpitaux Madeleine Riffaud est aveugle. Mais elle voit bien mieux que beaucoup. Dans une lettre bouleversante adressée au directeur de l’AP-HP la résistante de 98 ans, atteinte d’un Covid long, décrit sa prise...

ENVOYEZ-LUI VOS FACTURES !

Des dizaines de milliers de britanniques ont dit qu’ils cesseront le 1er octobre de payer leurs factures de gaz et d’électricité. À cette date, les prix auront quasiment triplé en un an. Les compagnies brandissent...

ALLER EN TRAIN... RETOUR EN BUS !!

Inauguration de l’électrification Paris - Nogent S/Seine Ah l’électrification de la ligne 4 ! Un serpent de mer qui alimente le microcosme politique local depuis trois décennies et qui vient de voir enfin sa concrétisation...
1 2 3 148

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2022 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram