BARROSO BANQUIER, C’EST “ÉTHIQUE”

BARROSO BANQUIER, C’EST “ÉTHIQUE”

3 novembre 2016
par 
Catégorie(s) :

Le comité d’éthique de la Commission européenne a absous José Manuel Barroso, qui a été embauché par la banque Goldman Sachs.
À ceux qui penseraient que la Commission européenne est trop liée aux intérêts du secteur financier, le comité d’éthique de l’exécutif de l’Union européenne vient de répondre : « oui et alors ? ». Ce comité avait été appelé à se prononcer par Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, sur le cas de l’embauche de son prédécesseur, José Manuel Barroso, par la banque états-unienne Goldman Sachs.
Cette évolution de carrière, en juillet dernier, avait suscité une vague d’’indignation, matérialisée par une pétition qui avait recueilli plus de 150 000 signatures. Et pour cause. Goldman Sachs est l’une des banques à l’origine de la crise financière de 2008, que Barroso a dû affronter alors qu’il était chef de l’exécutif de l’UE. Pire, cette banque d’affaires avait participé au maquillage des comptes publics de la Grèce, en masquant, par un tour de passe-passe comptable, les dettes hellènes. À la manoeuvre, pour Goldman Sachs Europe, un certain Mario Draghi... promu depuis président de la Banque centrale européenne (BCE).
Pour le comité d’éthique, qui a rendu sa décision en début de semaine, Barroso n’a pas enfreint les règles de l’UE en acceptant l’emploi de Goldman Sachs. La « période de refroidissement » de dix-huit mois, pendant lesquels, rémunéré, un ancien commissaire européen ne peut travailler sur les dossiers sur lesquels il a dû se pencher, est « respectée  », selon le comité. À peine, celui-ci concède-t-il que « M. Barroso aurait dû être conscient et informé qu’en agissant ainsi, il déclencherait des critiques et risquerait de nuire à la réputation de la Commission et de l’Union en général. » Ce comité avait été pourtant créé pour lutter contre la pratique du “pantouflage”, d’anciens commissaires ayant déjà été recrutés par Uber ou Ryanair.
« Il ne revient pas au comité de savoir si le code est suffisamment strict » s’est-il excusé, espérant prendre les devants des critiques. Toutefois, les membres du comité semblent comprendre les raisons de Barroso : « son expérience et ses connaissances sur ces matières seront précieuses pour Goldman Sachs. » Une belle Lapalissade, car c’est peut-être justement pour cela qu’ils l’ont embauché !

Partager l'article :

Les dernières actus

La gestion Vuillemin épinglée

Par Joë Triché La Chambre Régionale des Comptes vient de passer au crible les comptes de la Communauté de Communes LES PORTES DE ROMILLY, après un diagnostic sévère de la gestion du CCAS présidé par...

L’indispensable affirmation du communisme

Par Yvon Quiniou, Philosophe La situation politique est compliquée pour les communistes, alors que des élections importantes approchent, et ce pour une raison de fond, à la fois historique et médiatique. Car ce qui pèse...

La droite et le RN reculent, « HERCULE » avance

Au dernier Conseil municipal, le groupe d’opposition Divers Gauche Ensemble pour Romilly a présenté un vœu « appelant le gouvernement à abandonner le projet Hercule de démantèlement d’EDF ». Le maire de Romilly dégaine toujours...

Pas de profit sur la pandémie

Par Anna Zajac   Conseil municipal de Troyes du 1/04/2021 Les vaccins et les traitements anti-pandémiques doivent être un bien public mondial, librement accessible à tous. Depuis un an La COVID-19 et les variants se propagent...
1 2 3 9

Vous ne voulez rater aucun numéro de la Dépêche ?

Abonnez-vous, vous recevrez chaque numéro dans votre boîte aux lettres.
Je m'abonne

© 2021 - La Dépêche de l’Aube

Création : Agence MNKY

magnifiercrossmenuchevron-down linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram