Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

ELECTRIFICATION de PARIS-TROYES

Unir les efforts pour concrétiser un projet vital

vendredi 30 janvier 2009 , 1481 : visites , par Pierre Mathieu

Le récent rapport du CESR sur les projets ferroviaires de notre Région donne lieu à un débat public.

Engagé de très longue date dans l’action pour que la ligne 4 bénéficie enfin des investissements dont elle a impérativement besoin pour permettre une desserte de qualité (voyageurs et fret de notre territoire) je tiens à rappeler quelques faits et à faire connaître mon point de vue.

Il semble nécessaire de rappeler que le projet d’électrification Paris-Troyes à prolonger jusqu’à Culmont-Chalindrey est une question vitale pour l’Aube et la Haute- Marne dans une perspective d’aménagement équilibré du territoire national.

Il s’agit d’abord de mieux répondre aux besoins en forte croissance de déplacements de voyageurs avec une qualité de service qui doit fortement s’améliorer et des temps de parcours qu’il conviendrait de réduire. Il s’agit aussi de permettre le développement du fret. L’enjeu est d’offrir une meilleure accessibilité, non seulement à PARIS, mais aussi au nœud ferroviaire de CHALINDREY et au Pôle stratégique que représente Dijon pour les correspondances avec le réseau classique et les lignes à grande vitesse du Sud - SUD EST- PARIS RHIN RHONE ... Il s’agit de ne pas priver la moitié du territoire régional, de la possibilité, demain de voir circuler des TGV sur des portions de lignes classiques comme c’est le cas aujourd’hui entre les villes de REIMS CHARLEVILLE et SEDAN.

Les dessertes de PARIS-MULHOUSE (desservant les villes du sud de la Champagne-Ardenne) sont aujourd’hui sous responsabilité nationale de la SNCF et doivent le rester. Ces liaisons doivent continuer à être assurées par des trains corail Intercités et être financées au plan national par la SNCF comme aujourd’hui. Entre CULMONT-CHALINDREY, CHAUMONT, TROYES, PARIS, il y a prés de trois heures de temps de parcours et de forts volumes à transporter.

La réponse ne saurait uniquement passer par du matériel régional financé par les contribuables de la CHAMPAGNE-ARDENNE, pendant que l’autre moitié de la Région bénéficie des avantages de la ligne à Grande vitesse et des investissements qui ont conduit à la modernisation des grandes gares quand TROYES et CHAUMONT sont toujours à la traine !

Si les mots ont un sens, la priorité des priorités en termes de projet ferroviaire en CHAMPAGNE-ARDENNE, c’est bien de concrétiser le projet acté par l’ETAT et la REGION au Contrat de projets 2007-2013 : Engager la première phase d’électrification entre Paris et Troyes. " Le grenelle de l’environnement, le plan de relance " sont autant d’opportunités à saisir pour obtenir la mobilisation des crédits qui font défaut, notamment de la part de Réseau Ferré de France. Plus que jamais, l’heure est à la conjugaison des efforts de tous pour un traitement équitable de notre territoire au plan régional et national. Sans ambigüité : l’électrification de PARIS-TROYES reste la priorité.

Pierre MATHIEU Vice-Président en charge des Infrastructures et des Transports

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1010

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|