Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > Aube > Troyes > Vie de la ville > La Bourse toujours

La Bourse toujours

(11e épisode)

samedi 3 juin 2006 , 1892 : visites , par Jean Lefevre

Nous continuons à alimenter notre chronique concernant la Bourse du Travail qui sera livrée à la Bourse de la finance le 1er juillet. Au Conseil municipal du 13 mai 2006, Anna ZAJAC a dénoncé le rapport voté par la majorité ( [1]) en donnant une argumentation précise et en posant des questions restées d’ailleurs sans réponse. Résumons.
-  Les décisions prises par le Maire sont " le fait du prince "
-  Aucune contrainte n’est exigée du locataire quasi propriétaire des lieux ?
-  Aucune transparence quant à la nature du bien concédé (public ou privé ?)
-  Aucune garantie donnée aux syndicats et associations pour leur relogement.
-  La mémoire du lieu ? Ca coûte trop cher a dit D. Boisseau.

Voici l’essentiel de l’intervention d’Anna Zajac, conseillère communiste :

"Le rapport qui nous est soumis ce soir concerne l’îlot de la Bourse, vaste projet de réabilitation qui englobe le bâtiment, connu des Troyennes et des Troyens sous le nom de Bourse du travail. C’est d’ailleurs le nom inscrit sur le fronton de ce bâtiment, mais jusqu’à quand ? Le projet qui nous a été présenté le 2 février dernier concerne une implantation commerciale. Je regrette cette transformation de la bourse parce que je pense qu’elle aurait pu accueillir des activités culturelles, des expos, des associations etc.

- J’ai de nombreuses questions :

1.Vous soumettez au vote de ce conseil la promesse "synallagmatique" ( [2]) de bail emphytéotique ( [3]), autrement dit une promesse qui vaut un accord ferme des deux parties, d’un bail de 70 ans. Ce bail emphytéotique confère au preneur un droit réel sur la chose donnée à bail, l’emphytéote est un quasi proriétaire des biens qui lui sont loués. Aura-t-il le droit, sans accord de la collectivité de changer le nom de la Bourse ? ( [4])

2.Dans la page 2 du projet de bail, il est indiqué que la ville a "entériné le 2 février la décision de choisir le groupe Altaera... " La ville c’est qui ? parceque je n’ai pas souvenir que ce choix ai été proposé au Conseil municipal. Seule une présentation du projet (passage St Nicolas)a été faite au conseil municipal réuni ce 2 février.

3.La Bourse du travail fait-elle partie du domaine privé de la commune avec un usage public ou appartient-elle au domaine public en raison d’un usage public ? Parce que selon le cas il faut soit déclasser ou désaffecter, c’est différent. Vous affirmez le 2 février que ce patrimoine restera dans le domaine public, puis vous parlez de déclassement, de désaffectation, à la page 3 du projet de bail, ce bien étant compris actuellement dans son domaine privé mais affecté à l’usage public.

4. Concernant l’”éviction afin de louer un bien libre de toute occupation " (page 4 du contrat), encore des questions. Pour les actuels occupants, je sais que la ville a fait des propositions de relogement qui, à ma connaissance, ne sont pas encore concrétisées. Aucune convention n’a été proposée, tant en termes de lieu, des conditions de mise à dispositions, charges et délais (étant précisé que le site Beurnonville ne serait éventuellement livré qu’en 2009). Les demandes qui vous ont été adressées dans ce sens notamment par l’union départementale CGT n’ont pas encore obtenu de réponse. Quand pensez-vous leur répondre ? Est-ce que vous pouvez nous donner aujourd’hui le calendrier et les moyens qui seront mis en place par la ville pour déménager les actuels occupants (qui ne doivent pas supporter les charges d’une éviction que vous décidez).

5. Mémoire de la bourse : l’article du projet de bail , page 4 stipule que "le bailleur et le preneur prendront toutes dispositions utiles et feront toutes diligences pour que les plaques commémoratives soient apposées sur le bâtiment afin d’en rappeler son passé et son histoire". Je vous ai dit au Conseil municipal du 22 mars que les habitants de cette ville ne se contenteront pas de plaques commémoratives Nous demandons qu’un véritable espace de cette mémoire partagée par de nombreux Troyens et Troyennes soit aménagé. Sinon à quoi va servir la mise en place d’un comité de pilotage qui ne s’est pas encore réuni, pourquoi des réunions de travail, si ce n’est pas pour aboutir à une réalisation concrète à l’intérieur de la Bourse. Cette réalisation montrerait la volonté de la ville de rappeler aux visiteurs de la "locomotive commerciale" comment ce lieu a été un véritable cœur faisant vivre les arts, le sport, la distraction, le syndicalisme et la politique, un pôle d’animations diverses, d’activités enrichissantes qui font la notoriété d’une cité."

Anna Zajac, conseillère municipale communiste de Troyes

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N871

Notes

[1Les 2 élus communistes ont voté non. Le groupe socialiste s’est abstenu.

[2Bilatéral.

[3Bail de longue durée.

[4Le groupe Altarea qui achète le domaine voisin Saint-Nicolas est astreint à des contraintes. Pourquoi pour la Bourse n’en exige-t-on point ?

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|