Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > Aube > Tout le département > Réunion du Conseil Général M.-F. PAUTRAS : Sarkozy, votre guide cherS (...)

Réunion du Conseil Général M.-F. PAUTRAS : Sarkozy, votre guide cherS collègueS de droite

vendredi 24 octobre 2008 , 1094 : visites , par Passy Connh

Au moment où le gouvernement poursuit l’étranglement des collectivités territoriales notamment à travers le projet de loi de finances 2009, comment ne pas aborder au sein de l’assemblée départementale, les conséquences de la crise financière qui risque de frapper la population. Joë Triché excusé, il y avait en la personne de MF Pautras encore un élu communiste pour porter ce débat au sein du Conseil général. Ô certes nos notables ne craignent pas la crise. Sans doute ont-ils perdu quelques plumes dans les méandres de la bourse, ils ne l’avoueront pas, ils ont tant gagné. Toujours est-il qu’ils n’ont pas pu éviter ce que l’élue communiste avait a leur dire. Recroquevillés dans leurs fauteuils, ils ont pris le discours plein pot :

" J’imagine votre inconfort idéologique par ces temps de grand chaos boursier et faillites bancaires. Les nationalisations, mal absolu des libéraux deviennent du jour au lendemain le remède incontournable pour sauver le système et pallier les turpitudes des spéculateurs. Les peuples contribuables rechignent à payer l’addition. Etat minimum, déréglementation, l’exaltation du profit maximum, la course mondiale des allègements fiscaux pour les riches, le saccage des protections sociales et service publics, l’explosion des pauvres, l’indifférence du système à leur égard ont été imposé par les capitalistes boursiers avec la complicité des gouvernements ultra-libéraux. On assiste à la faillite de cette idéologie et système économique en situation de monopole mondial, sans concurrence.

En guise de croissance se profilent, la crise économique et la récession.

Le président Sarkozy, votre guide chers collègues de droite, comptable en premier lieu de l’échec de sa politique veut néanmoins poursuivre ses réformes pour faire plier davantage la France, sous le joug de ce système dangereux pour l’homme et le devenir de la planète. Son modèle, c ’est celui du grand frère américain. Par ailleurs, le fichier Edvige, les prisons qui débordent avec des vagues de suicides, nous mettent en alerte et nous interpellent. M. Sarkozy fait mine de vouloir moraliser le système, alors que par essence et par nature, le système est sans foi ni loi, hors de champ de la morale. Par contre, assujettir l’économie aux fondamentaux de notre république, c’est du ressort de la politique de président de la République.

Les collectivités, elles aussi, sont dans la ligne de mire des réformes libérales. Elles entrent dans des zones de turbulences.

Ce n’est pas l’argent qui manque mais la volonté politique La crise financière, cumulée avec le projet de loi de finance 2009 vont poursuivre l’étranglement financier des collectivités territoriales : gel des dotations, recul de leur pouvoir d’achat, réforme de la taxe professionnelle, du fonds de compensation de la TVA, sans oublier les transferts de charge mal compensés et les 2 milliards de dette de RMI que l’Etat doit rembourser aux départements. Tout cela, au nom de la maîtrise des dépenses publiques, parce que les caisses sont vides. Elles ne le sont pas pour les riches du bouclier fiscal, et la valse des milliards actuelle démontre que ce n’est pas l’argent qui manque mais la volonté politique de l’affecter dans le sens du progrès et de la justice sociale. C’est dans ce contexte que se met en place le Revenu de Solidarité Active, par les Conseillers généraux.

Revenu Solidarité Active : RAS

On a pu partager les principes fondateurs du RSA. Avec le gouvernement, il devient de la poudre aux yeux comme le RMI, avec les mêmes effets pervers pour les personnes. En effet, que vaut ce dispositif face aux destructions d’emploi, face à l’explosion des travailleurs pauvres, du chômage, des qualifications défaillantes, des problèmes de garde d’enfants, de transports, de santé ? Par ailleurs, ce dispositif exclut les jeunes de moins de 25 ans, alors qu’un jeune sur 4 est en très grande précarité. En outre, il comporte des conditions discriminatoires durcies pour les étrangers non européens et leurs enfants.

Par ailleurs, les financements ne sont pas à la hauteur des 7 à 8 milliards d’euros préconisés par Martin Hirch et son financement est socialement injuste puisqu’il épargne de la solidarité les plus riches. Aussi, les ultra-libéraux, les patrons ne peuvent être que tentés d’instrumentaliser ce dispositif pour faire tomber les personnes dans une trappe d’emplois précaires subis et imposés, sans grande perspective d’en sortir comme le RMI, et cet outil devient donc dangereux pour le droit du travail, la pression sur les salaires, la généralisation des emplois précaires.... "

Les barons de l’hémicycle ont accueilli goguenards la réponse maintenant désuète du président Adnot : sur " l’échec du communisme " Comme si leur seule défense consisterait à faire croire encore aux Aubois que les propositions que formulent les communistes pour se libérer de la dictature des marchés financiers avaient quelque chose à voir de près ou de loin avec d’autres dictatures qui n’avaient de communiste que le nom. Et encore..

P.-S.

Une loi contre les crédits révolving

On connaît les ravages des " crédits révolving " qui profite de la " vulnérabilité des pauvres en les conduisant dans le gouffre du surendettement ". M. F. Pautras a interpellé les députés UMP qui siègent aussi au conseil général leurs demandants d’être à " l’initiative d’une proposition de loi qui neutralise les prédateurs et leur prise d’intérêt scandaleuse ".

Affaire à suivre

La Dépêche de l’Aube N996

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|