Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > Champagne Ardenne > Toute la région > Enseignement –Recherche –Education > 85000 postes en moins programmés dans l’Education nationale d’ici (...)

85000 postes en moins programmés dans l’Education nationale d’ici 2012.

Notre région touchée de plein fouet.

jeudi 4 septembre 2008 , 819 : visites , par LDA

Après les 11200 suppressions de postes en 2008 (223 dans notre région), ce serait 10000 profs et personnel non enseignant en moins en 2009, du primaire au lycée. Pour justifier la saignée, le 1er ministre, M. Fillon, indique que " la France est en déficit ". Elle devrait donc faire des économies sur l’Education... Quel est l’avenir d’un pays qui veut faire des économies sur la formation de sa jeunesse ?

Notre pays n’a jamais été aussi riche. La droite au pouvoir multiplie les cadeaux aux plus fortunés. L’argent coule à flot pour les actionnaires des entreprises du CAC 40. Les moyens existent pour permettre aux jeunes de réussir, pour améliorer notre système éducatif, tout le monde en serait gagnant.

Pour la Champagne-Ardenne, les suppressions de moyens dans l’enseignement seront dramatiques : elles peuvent conduire à la fermeture de lycées, ce que nous refusons, et au déclin de l’Université de Reims Champagne-Ardenne ce qui serait néfaste pour l’économie régionale et l’emploi. " L’autonomie " des lycées pour préparer la mise en concurrence

Le niveau de la saignée dans l’éducation en dit long sur la nature de la réforme à venir du lycée. Derrière les promesses de "liberté" et d’ "autonomie" pour les lycées, se cache l’objectif de développer une école à plusieurs vitesses. Le ministre de l’Education, M. Darcos, voudrait " une marge de manœuvre plus importante pour le chef d’établissement en matière d’organisation pédagogique ". Il souhaite aller vers un lycée à l’américaine et veut appliquer le contenu du rapport " Pochard " qui pousse à mesurer la performance des établissements. Les inégalités se retrouveraient renforcées entre les lycées, en fonction de leur situation géographique, en fonction des catégories sociales dont sont issus les élèves. Cette soi-disant " autonomie ", prépare la mise en concurrence, renforçant les inégalités devant la réussite.

Leur objectif : favoriser une élite, au détriment d’une formation de qualité pour tous

Les attaques contre l’Education nationale sont confirmées par M. Sarkozy qui le dit clairement : "entre la qualité et la quantité, je choisis la qualité". Il renonce donc publiquement à faire de l’école un lieu de réussite pour tous. Au lieu de s’attaquer aux inégalités, au lieu de créer les conditions permettant de répondre aux formidables besoins de formation, il joue la carte de l’élitisme. Ceux qui ont des facilités auront la chance de réussir. Pour une grande partie des lycéens par contre, ce sera un socle minimum de connaissances. Une éducation " low cost ", avec moins de moyens, moins de personnel, moins de filières de formation et d’options qui sont pourtant des facteurs de la réussite du plus grand nombre.

P.-S.

UNE POLITIQUE BIEN DIFFERENTE POUR LES LYCEES : CELLE DU CONSEIL REGIONAL

La Région Champagne-Ardenne construit et rénove les lycées et les centres de formation d’apprentis (CFA). Elle assure l’équipement (matériel, ordinateurs...).

La politique en faveur des lycées, est une des grandes priorités de la majorité de gauche au Conseil régional. Plus de 25 % du budget y est consacré.

Dans une région qui souffre des délocalisations, de la casse industrielle, de la montée de la précarité du travail, l’élévation des qualifications est une nécessité pour le développement économique, social et démographique. Ouvrir des perspectives à la jeunesse passe par une formation initiale de qualité.

La Région met en œuvre un programme important d’investissements. Des rénovations de lycées, des reconstructions vont d’ailleurs être réalisées en prenant en compte les critères de haute qualité environnementale (HQE).

Mais tous ces efforts se heurtent à la politique de l’Etat qui supprime des postes et des filières.

Les Conseillers régionaux communistes en appellent à la mobilisation de toutes et tous pour faire face, et construire une alternative pour une éducation nationale de qualité, pour que chacun(e) puisse bénéficier d’un haut niveau de formation initiale et tout au long de la vie.

La Dépêche de l’Aube N989

info portfolio

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|