“Dans une société fondée sur le pouvoir de l’argent, tandis que quelques poignées de riches ne savent être que des parasites, il ne peut y avoir de liberté, réelle et véritable.”      Lénine

Accueil > Archives > Aube > Nogent-sur-Seine > Vie de la ville > Camille, réveille-toi, ils sont devenus fous !

Nogent sur Seine

Camille, réveille-toi, ils sont devenus fous !

jeudi 24 juillet 2008 , 1029 : visites , par Laurent Levasseur

Nogent sur Seine, c’est la cité de toutes les contradictions : Des usines à la pelle et un taux de chômage de 15 % (INSEE 2007)... De nouveaux programmes immobiliers et 286 logements vacants... Une soi-disant culture du " développement durable " et une détérioration du cadre de vie par l’implantation intensive d’usines qui fument et qui puent... Des services de proximité (tribunal d’instance, examen du permis de conduire...) qui délocalisent dans l’indifférence municipale et 1 ménage sur 5 qui n’a pas de voiture...C’est aussi tout ça, Nogent sur Seine ! Derrière les paillettes, une réalité sociale que certains voudraient taire...Alors, 13,5 millions de plus, et l’addition devrait encore grossir, pour le projet municipal CLAUDEL, ça ne pouvait pas laisser indifférent !

Une somme astronomique, qui témoigne d’une mégalomanie et de la folie des grandeurs d’une municipalité qui nous rejoue l’histoire de la grenouille qui veut devenir plus grosse que le boeuf... 13,5 millions d’euros de plus et une communication sans pareille -et qui a censuré l’expression du groupe minoritaire au conseil municipal -, de la municipalité, dans la presse locale : des milliers d’exemplaires d’un numéro de la presse locale commandés et distribués à autant de milliers de Nogentais, une page spéciale dans un numéro récent de la même presse locale... Une communication qui coûte cher, très cher, trop cher, comme pour tenter de convaincre et de rallier à son projet cette très large majorité de Nogentais qui dénoncent ce projet pharaonique qui va faire passer au second plan tous ces besoins essentiels non satisfaits (salle polyvalente pour les évènements familiaux, lieu de vie décent pour les jeunes, navette pour les séniors et personnes à mobilité réduite...).

Et que dire du tourisme vert tant vanté hier et malheureusement bien mis à mal aujourd’hui par l’accumulation autour de Nogent sur Seine de bâtiments infâmes, de silos, de cheminées ...Une communication institutionnelle sans pareille, qui a donc censuré l’expression du groupe minoritaire au conseil - en contradiction avec les valeurs défendues dans la loi dite de démocratie locale -, et qui ignore ce grand débat public, voire cette consultation des Nogentais, que nous n’avons de cesse de réclamer.L’opposition nogentaise a choisi d’ouvrir le débat sur ce projet CLAUDEL, de communiquer, de proposer d’autres choix pour un projet CLAUDEL à moindre coût. Elle refuse ce qu’il faut bien appeler une banale et coûteuse opération marchande, et propose aux détenteurs de ces oeuvres de les mettre à la disposition du musée de Nogent sur Seine, charge à la commune d’en assurer l’exposition, la sécurité, la promotion... Contre, pourquoi pas, un pourcentage sur les entrées et les ventes -... Nous sommes favorables à un projet CLAUDEL réaliste, parce que sommes favorables à la décentralisation de la culture, de toutes les cultures, des grandes villes vers la province.

Nous défendons un projet CLAUDEL à bien moindre coût, mais tout aussi attractif, imaginé par les Nogentais, auquel ils seraient associés dans la définition de son contenu et de son fonctionnement...C’est sûr, Nogent sur Seine a les capacités financières pour absorber ces millions d’euros, grâce notamment à sa centrale nucléaire... Clin d’œil de l’histoire, cette centrale, Gérard Ancelin, qui n’était pas encore maire à l’époque, avait manifesté CONTRE, n’en voulait pas... La municipalité table sur d’hypothétiques nouvelles recettes fiscales, rapport à de nouvelles implantations à venir, de nouveaux investissements industriels. Mais ne dit rien sur cette réforme annoncée de la taxe professionnelle qui va toucher les nouveaux investissements et pénaliser les collectivités locales... Alors, il est légitime que les Nogentais soient inquiets et craignent que CLAUDEL n’étouffe tous ces besoins non satisfaits.C’est ainsi à Nogent sur Seine : l’intérêt général passe après les fantasmes d’une minorité...

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N983

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|