Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > National > Election > Les impasses de la gauche

Les impasses de la gauche

jeudi 10 juillet 2008 , 1170 : visites

La semaine dernière, l’ex-candidate socialiste à la présidentielle S. Royal a lancé devant ses partisans sa campagne pour le prochain congrès socialiste. Pour elle, rien ne semble avoir changé, aucune leçon de la défaite ne semble devoir être tirée.

La même forme, la même personnalisation, les mêmes idées, et les mêmes médias qui embrayent sans sourciller.

Le même jour l’autre évènement retenu à l’agenda médiatique se déroulait sous la houlette d’O. Besancenot. Large couverture là aussi, sans qu’on en apprenne beaucoup plus sur le projet politique discuté. Ainsi va le récit médiatique dominant sur l’état de la gauche, avec à un pôle un PS aspiré vers le centre et à l’autre un nouveau parti d’extrême gauche qui en fait sa cible. On nous raconte une histoire, comme celles qu’on nous a déjà contées il y a quelques mois, réduisant le débat présidentiel au trio Sarkozy-Royal-Bayrou. On sait ce qu’il en est aujourd’hui. Qu’importe, on continue, mais on s’adapte. L’histoire et les acteurs ne sont plus les mêmes. Mais c’est toujours un seul scénario à la fois : aujourd’hui, pour la gauche, c’est celui d’une crise dont elle ne sortira jamais, divisée et écartelée entre deux pôles qui se clament eux-mêmes irréconciliables.

Qui est le plus en phase avec ceux qui luttent contre la politique de Sarko ?

Du coup, tout ce qui ne rentre pas dans ce cadre est zappé, minoré. Les débats du courant Nouveau parti socialiste dirigé par Henri Emmanuelli et Benoît Hamon, qui se tenaient eux aussi au même moment à la Sorbonne, avec une assistance comparable à celle de la Maison de la chimie ont été ignorés ou réduits à la portion congrue. Le même sort a été réservé aux travaux du Conseil national du PCF sur la préparation de son prochain congrès, ou la semaine précédente à la seule rencontre européenne tenue en France à son initiative au lendemain du " non " irlandais.

Pourtant, qui est le plus en phase avec les interrogations du pays, avec les recherches politiques qui le remuent, avec tous ceux qui se battent en ce moment contre la politique sarkozyste en se demandant comment imposer au plus vite une autre politique ? Ceux qui au PS n’ont qu’une idée en tête, la candidature présidentielle de 2012, ceux qui, en son sein, hésitent à condamner la liquidation des 35 heures, ou s’alarment du " non " irlandais ? Ceux qui, à la LCR, veulent faire de l’union avec les socialistes en toutes circonstances une barrière infranchissable ? Sommes-nous bien sûrs que nous ayons là les deux grands courants de pensée qui traversent actuellement les têtes du peuple de gauche dans notre pays ?

Il faut bousculer les scénarios médiatiques

La gauche est en crise, sans nul doute. Mais une des manières de l’alimenter, et non de contribuer à la résoudre, est précisément de focaliser tout le débat sur des impasses et non sur les recherches de construction nouvelle. La crise, ce n’est pas l’encéphalogramme plat. Le débat s’anime au contraire un peu partout. Au PS, où l’issue de la confrontation engagée a rarement été si incertaine. Au Parti communiste, où l’élaboration d’un nouveau projet politique et la rénovation profonde du parti sont désormais au centre de toutes les discussions.

Parmi ceux qui cherchent du côté du NPA une issue à l’inefficacité de la gauche. Chez de très nombreux syndicalistes et responsables associatifs qui, engagés dans la résistance à la politique gouvernementale, s’interrogent sur le meilleur moyen de donner plus de force politique à leurs combats. L’issue de ces débats n’est pas écrite, certes. Les réponses divergent fortement, sur le projet, sur les chemins de l’union. Mais raison de plus pour que le débat populaire, celui de la grande masse des militants, s’invite dans les discussions. Il bousculera les scénarios médiatiques bien trop facilement ficelés en dehors de lui

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N981

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|