Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > National > Dénoncer le mensonge sarkozyste et faire du neuf à gauche !

Sarkozy, un an déjà

Dénoncer le mensonge sarkozyste et faire du neuf à gauche !

vendredi 9 mai 2008 , 1073 : visites

Mai 2007 : au terme d’une élection qui a passionné les Français, Sarkozy est confortablement élu président de la République.

Le coup de massue est d’autant plus rude que la droite est au pouvoir depuis cinq ans, que son bilan est rejeté par les Français et que le nouvel élu n’a pas masqué ses intentions de conduire un projet de droite plus décomplexé que jamais. Tout le paradoxe de la situation ainsi créée est déjà présent dans ce résultat. Porté par les milieux d’affaires pour appliquer à marche forcée à la France un traitement ultralibéral de cheval, Sarkozy a été élu par les Français pour réussir le changement et pour changer la politique et la manière d’exercer le pouvoir. Les électeurs ne se sont pas convertis aux recettes de la mondialisation libérale, mais ils ont cru en Sarkozy. Le piège présidentialiste va très vite se refermer sur leur porte monnaie.

Mai 2008 : la cote sarkozyste est au plus bas après avoir régulièrement plongé depuis l’automne. Celle du Premier ministre a résisté plus longtemps. Dans un premier temps, c’est le style présidentiel qui a concentré le désaveu populaire. Aujourd’hui les deux courbes descendent en parallèle, signe que le fond de la politique mise en œuvre est désormais clairement sur la sellette. Le changement d’ambiance est radical. Même s’il a beaucoup de mal à se contenir, le locataire de l’Élysée s’emploie en permanence à jouer à contre emploi, remballant son style m’as-tu-vu pour tenter de redonner de l’épaisseur à un rôle qu’il a dévalué à une vitesse record.

La désillusion

Mais, surtout, dans le pays, aux craintes confirmées de ceux qui redoutaient son élection sont venues s’ajouter la désillusion, voire la colère de ceux qui se sont laissé prendre. L’inquiétude est partout perceptible. Ceux qui croyaient être mieux protégés face à la mondialisation par un candidat volontaire et arrogant se voient lâchés en rase campagne par un président aligné et atlantiste. Le pays est plongé dans une étrange atmosphère où chacun sait que le sarkozysme a encore quatre ans devant lui et se demande comment cela pourrait durer encore autant.

Le mensonge continue

La situation est instable. Le gouvernement affiche son intention de ne pas tenir compte de mécontentements pourtant patents et de tailler sa route comme si de rien n’était. Dans des secteurs de plus en plus larges de la population grandit l’idée qu’il va falloir lui résister, se montrer de plus en plus combatifs pour ne pas le laisser faire. Le mois de mai s’annonce agité. D’autant que chaque jour alourdit le lot de menaces. Dernière en date, celle qui vise les chômeurs qui seraient tenus d’accepter au bout d’un an tout poste avec un salaire supérieur à leur allocation chômage. On imagine les dégâts quand on connaît le niveau des allocations au bout d’un an : des abattements conséquents en perspective sur la valeur du travail proposé. L’exact contraire de ce que le candidat Sarkozy avait brandi comme étendard.

Le mensonge continue. Il doit être dénoncé, démasqué, empêché autant qu’il est nécessaire. Il faut aussi agir plus fort. Et personne n’a inventé mieux que l’action unie. Face aux pouvoirs récalcitrants, elle reste le plus convaincant des antidotes. C’est aux salariés, à la jeunesse d’en construire les bases solides et de les garantir dans la durée. Franchises, retraites, salaires, postes d’enseignants... Toutes les batailles sont gagnables. Rappelons-nous ce qui a fait, il y a deux ans, la force du mouvement anti CPE.

Mais ce n’est pas tout. Parce qu’après le CPE, 2007 est passé par là. L’échec nous enseigne qu’il faut construire, sans attendre, du politiquement durable à gauche. Etre efficace contre la politique de Sarkozy, c’est aussi mettre en débat les conditions d’un nouveau contrat politique de changement.

PL

P.-S.

UN AN AVEC SARKO c’est déjà un an de trop

Les Français ont eu beau se lever tôt, ils n’ont rien vu venir d’autre qu’une avalanche de mauvais coups amputant leur pouvoir d’achat, rationnant par le piège des " franchises " l’accès aux soins. En un trimestre d’application de cette taxe, le nombre de boîtes de médicaments pris par les malades a chuté de 4,6 %.

De nombreux retraités sont réduits à ne pas prendre tous les traitements prescrits par leur médecin ! Roseline Bachelot sera bien placée au tableau du déshonneur de la saignée sociale. Sera-t-elle dépassée par Xavier Bertrand, qui menace les chômeurs de perdre leurs indemnités s’ils ne peuvent accepter un emploi sous-payé à deux heures de chez eux et veut imposer le même parcours du combattant aux travailleurs privés d’emploi de plus de 57 ans ? Et imposer 41 annuités pour la retraite !

Et que dire de Nadine Morano, ministre de la Famille, qui invente un système visant à soutirer 600 euros dans les allocations familiales.

Cette politique de réaction sociale est ressentie d’autant plus cruellement que la hausse des prix des produits agricoles provoque une crise alimentaire qui atteint désormais notre pays. En ce début du XXIe siècle, le capitalisme mondialisé réussit l’exploit de provoquer des émeutes de la faim dans plusieurs régions du monde, d’Haïti à l’Égypte, du Maroc à la Côte d’Ivoire. Des disettes provoquées pour une large part par des fonds spéculatifs jouant avec les produits alimentaires sur le dos des peuples. Les associations humanitaires sonnent l’alarme en France où la pauvreté progresse et où les stocks de nourriture renchérissent. " S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche ! " La phrase prêtée à Marie-Antoinette peut aujourd’hui être employée au sens propre. Et faute de reine de France, nous avons les patrons du CAC 40 aux salaires dépassant deux millions d’euros, longue cohorte rangée derrière Bernard Arnault et ses 4,2 millions, un proche parmi les proches du président.

lda

La Dépêche de l’Aube N972

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|