Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > Aube > Romilly-sur-Seine > Economie – Social > Première grande victoire pour 47 salariés !

Jacquemard - Conseil des Prud’hommes

Première grande victoire pour 47 salariés !

vendredi 9 mai 2008 , 1177 : visites , par LDA

Ils sont 47 sur les 152 salariés licenciés en 2005 à avoir saisi le Conseil des Prud’hommes de Troyes pour défendre leurs droits.

Au terme de très longs mois d’attente, le verdict est tombé lundi 28 avril. Et quel premier verdict ! Le tribunal vient, en effet, d’estimer que ces licenciements avaient été décidés " sans cause réelle et sérieuse ". L’annonce de ce jugement a bien évidemment comblé de joie les salariés présents à l’audience. Cette affaire, plaidée par Me Brun, devrait leur permettre de percevoir une indemnité allant de 30 000 à 1200000 € si la direction décidait de ne pas saisir la Cour d’appel de Reims. Dans le cas contraire ils devraient attendre les résultats des autres procédures.

Rappelons que le Conseil des Prud’hommes est constitué à parité de représentants des salariés et des employeurs. Ainsi, une affaire, pour qu’elle soit gagnée, doit obtenir 3 suffrages sur les 4 possibles. Notons encore que la direction Jacquemard a été à chaque fois condamnée par la justice, parfois même en Cour de cassation, depuis une quinzaine d’années suite à des licenciements. Ce groupe a pourtant à sa tête une " ex "-avocate inscrite au barreau de Paris. C’est donc près de 2,5 millions d’euros que l’entreprise risque de devoir verser à ces salariés.

2,5 millions d’euros, une somme que certains ne manqueront pas de rapprocher des 3 millions d’euros versés par la ville de Romilly pour le rachat des locaux Jacquemard de la rue du Colonel-Fabien à Romilly. D’ailleurs, à ce sujet au Conseil municipal du 19 décembre 2007, concernant le rachat de ces locaux, Joë Triché avait posé à Mme Rambaud la question suivante : " Pouvez-vous nous garantir que la vente des locaux de la rue du Colonel-Fabien n’a pas d’autres objectifs ? A savoir celui de faire des provisions pour solder le dernier plan de licenciements ou pour financer des recours engagés par des salariés licenciés ? ".

Victimes de la direction, mis en cause par la presse ! Le compte-rendu de la presse auboise du 28 avril a particulièrement choqué les salariés victimes de ces licenciements. En effet, quand le journaliste indique que : " ces primes, si elles venaient à être versées aux plaignants, pourraient mettre à mal le juste équilibre d’une entreprise à la recherche d’un second souffle ".

Il se trompe de cible ! Car si le groupe Jacquemard rencontre des difficultés, ce qui reste à démontrer surtout quand on paie ses salariés de Roumanie 300 € par mois, c’est à ses dirigeants qu’il faut s’adresser et non aux salariés qui ont fait la prospérité et la notoriété de l’entreprise par leur travail.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N972

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|